Lundi,Ilana Moryoussef m'a dit : "Tu sais que dimanche prochain, c'est la journée de la femme ?". J'ai rétorqué : "Ben oui, le 8 mars, je connais. C'est bien, c'est une bonne chose".

"Donc toi, ça ne te choque pas que les nanas ne soient à l'honneur qu'une seule journée par an ?" . En fait, elle était en colère et pour la calmer, j'ai alors expliqué que justement, j'avais pensé à quelque-chose : instaurer des journées de la femme plusieurs fois dans l'année. Et, pourquoi pas, tous les lundis !

Sur ce, Ilana m'a parlé d'un bouquin consacré à Madame de Staël, qui était une sacrée nana:

> Madame de Staël, la femme qui faisait trembler Napoléon

de Laurence de Cambronne

éditions Allary

Mardi, je me suis dit que ce serait bien que les mardis soient aussi des journées de la femme.

D'ailleurs,Stéphane Capron était de mon avis. Lui rentrait d'Angers, où il était allé voir une représentation des « Caprices de Marianne » d'Alfred de Musset. Marianne qui, soit dit en passant, est une sacrée nana et n'a strictement rien, non, rien d'une capricieuse :

Affiche Les caprices de Marianne - Frédéric Bélier-Garcia
Affiche Les caprices de Marianne - Frédéric Bélier-Garcia © Nouveau Théâtre d'Angers / Nouveau Théâtre d'Angers

> "Les Caprices de Marianne"

Mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia

Jusqu'au 14 mars au Quai d'Angers, avant une tournée un peu partout en France

Mercredi, je me suis dit que les mercredis pourraient aussi devenir des journées de la femme.

D'ailleurs, Laurence Peuron m'a d'emblée dit « banco », avant de filer en bus à la Philharmonie de Paris, où l'on donnait « Jeanne au bûcher » - une pièce de Claudel mise en musique par Honegger et avec Marion Cotillard dans le rôle de la récitante. Laurence est revenue scotchée :

La voix de Marion Cotillard dans le rôle de Jeanne d'Arc. Deux sacrées nanas, chacune dans leur genre.

Jeudi, c'était aussi la journée de la femme,__ sinon ce n’était pas drôle. Cette fois, j'ai été soumettre ma proposition au pôle internet de la chaîne, où Christine Siméone était en train de feuilleter le catalogue d'une expo de Marjane Satrapi. Dessinatrice et cinéaste, Marjane Satrapi est une sacrée nana, et elle est donc également peintre, mais bizarrement, sur ses toiles, on ne voit qu'un type de personnages. Enfin, plutôt : pas de type, comme me l'a raconté Christine :

Comme Frédéric Pommier, inscrivez- vous dès maintenant au chat vidéo avec Marjane Satrapi sur videofranceinter@gmail.com. A partir de 11 heures, elle discutera même en direct avec les internautes, y compris avec les internautes de sexe masculin !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.