Qu'est-ce qu’on devient quand on a 15 ans, que vos parents braquent une banque et que vous vous retrouvez livrés à vous-même ?

La réponse est dans Canada de Richard Ford.

Richard Ford
Richard Ford © Editions de l'Olivier

Une partie du roman, la seconde, se passe au Canada quand un adolescent de 15 ans du Montana, au Nord des Etats-Unis, est obligé de fuir l’Amérique pour échapper à l’orphelinat. Sa jumelle elle a préféré se sauver, en prenant la route, et rester aux Etats-Unis.

Pourquoi cette fuite ? Parce qu’ils viennent de vivre un drame : leur vie a basculé quand leurs parents ont braqué une banque et se sont retrouvés en prison.

C’est un roman sur le parcours initiatique d’un jeune homme qui deviendra professeur de français. Le narrateur est ce gamin devenu adulte, devenu professeur qui raconte à l’âge adulte sa vie atypique et pose de belles questions : que fait on quand le destin vous prive de vos parents ? Comment est ce qu’on conduit sa vie ? Comment se forme-t-on ?

Ce qui est raconté est terrible et éminemment romanesque. Deux gamins privés de leur parents, avec leur vie à inventer, seuls et sans amour. C’est la notion de frontière qui passionne Richard Ford.

L’avant : vivre avec ds parents très différents, elle, sauvage, rêvant d’une autre vie, lui, affable, supportant mal de ne plus être militaire, et puis l’après : la vie sans eux, privés d’amour. La frontière est là, géorgraphique et psychologique. Il est question du bien et du mal. Dell, l’ado aimait ses parents or « de leur écart, écrit Ford, est survenu le nôtre ».

On aime passionnément cette voix du vieux professeur de littérature plongée dans le souvenir, cette voix qui est aussi celle de l’adolescent qui vit et subit les événements.Une voix qui raconte avec précision les faits et interroge le mystère de la vie. Qu’est ce qui fait que lui, Dell, s’en sort mieux que sa jumelle ?

Ford, l’humaniste met des mots sur le hasard, la destinée, l’expérience, la formation, la violence des adultes, l’absence brutale d’amour qui forment ou déforment un être… Il ne donne pas de leçon de morale, il ne fait pas de préchi précha.

Ce n’est pas un moraliste, c’est un écrivain de 69 ans qui doute et sait distiller du mystère. Il est surtout un grand romancier américain avec ce que cela entend de talent pour décrire : quand on est dans la cuisine des parents, avant le braquage, on a le sentiment de connaître l’odeur du petit déjeuner, pareil avec la cire qu’utilise le père ancien militaire pour nettoyer ses bottes.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.