Lundi, dans mon courrier, j'ai trouvé un mot effrayant. Un mot anonyme, écrit avec des lettres découpées dans les journaux : "Je vais te faire la peau." Ce texte glaçant m'a donné des frissons dans le dos... Et, bien sûr, aucune signature : c'est le principe de base des courriers anonymes. Bref, c'était le courrier d'un corbeau. En arrivant à la radio, je l'ai montré à Stéphane Capron, en lui demandant s'il avait déjà vécu pareille histoire...

"La Mouette", de Tchekhov - mise en scène Yann-Joël Collin

Jusqu'au 30 novembre au Théâtre des Quartiers d'Ivry

Geneviève Brisac
Geneviève Brisac © radio-france / Carole Ballaïche

Mardi, j'ai découvert dans ma boîte aux lettres un nouveau message, et cette fois, il disait :"Demain, t'auras les yeux crevés !"

En arrivant à la radio, je l'ai fait lire, paniqué, à Ilana Moryoussef, qui, elle, m'a conseillé une toute autre lecture : le 13ème roman de l'écrivainGeneviève Brisac. C'est l'histoire de deux sœurs, d’anciennes révolutionnaires, dont l'une est écrivain mais ne parvient plus à écrire. Jusqu'au jour où Kafka lui redonne l'inspiration :

Mercredi, troisième message. Encore des lettres découpées et un corbeau très inspiré : "La prochaine fois, je viserai le cœur" . Là, je me suis dit : "Tiens, c'est bizarre, on dirait le titre d'un film." Du coup, j'ai filé au ciné :

C'est une histoire vraie, celle du gendarme Alain Lamare, devenu le "tueur de l'Oise" dans les années 70. Cinq agressions par balle, un meurtre et des braquages. Il avait semé la terreur dans tout le département, parvenant à tromper son monde en participant à l'enquête. Du reste, il ne cessait d'envoyer des lettres anonymes aux autres enquêteurs. C'est dans sa tête et sa dinguerie que nous plonge Cédric Anger, dans la folie de sa double-vie. Banal gendarme à certaines heures et à d'autres, tueur implacable... Film éprouvant, mais captivant, sous tension dans chacune des scènes. Certainement l'un des meilleurs rôles de Guillaume Canet.

Atlas, d'Antoine d'Agata
Atlas, d'Antoine d'Agata © NORTE DISTRIBUTION

__

Jeudi, un nouveau courrier du corbeau horrible et qui me disait :"Tu sais, je ne t'ai pas oublié..." Moi, ça m'a fichu les pétoches et un sacré coup au moral. Afin de me réconforter, Laurence Peuron m'a conseillé de me rendre à "Paris-Photo" . Plus d'un millier d'artistes, exposés jusqu'à dimanche sous la verrière du Grand Palais :

Le film d'Antoine d'Agata n'est diffusé que dans une salle, au MK2 Beaubourg.

Interdit aux moins de 16 ans

Pour ma fin de semaine, figurez-vous que j'ai prévu de passer mes journées à la Maison de la Radio . Tout d'abord parce que c'est super-sécurisé, surtout depuis l'incendie. Et puis ça me permettra de fêter la réouverture et le nouvel auditorium. Il y aura des concerts gratuits durant tout le week-end... Sinon, pour retrouver un peu de sérénité, je vais sans doute suivre les consignesd'Isabel Pasquier :

Et l'on suivra donc ce groupe franco-cubain, les jumelles Lisa et Naomi, alias IBEYI.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.