J-7 : PS, PP, Générations... La gauche de moins en moins désunie pour les européennes. J+7 : Mélenchon flingue le grand débat et prend le parti des gilets jaunes.

La semaine politique, avec vous Yaël GOOSZ, chef du service politique de France Inter. On regarde dans le rétroviseur et on se projette. Et ce que vous retenez de la semaine, c’est du mouvement à gauche...

Pas l'union, mais moins de désunion...

La seule manière qu'on a, d'éviter la catastrophe, c'est d'avoir une offre politique claire, commune, aux élections européennes. Sinon c'est fini ! (...) Y'a plus d'excuse jusqu'à ce qu'on soit ensemble" (Raphael Glucksmann, le philosophe fondateur de Place Publique, le 29 janvier 2019, en meeting. à l'Elysée-Montmartre, à Paris.)

A première vue, un énième prêche dans le désert... Sauf que cette fois, il y avait du monde : Anne Hidalgo, une partie de l'état-major PS, des cadres de Benoit Hamon, d'ex-Verts... Il y a trois semaines, en plein psychodrame Ségolène Royal (alliance refusée par EELV et Yannick Jadot), personne n'aurait parié là-dessus. 

Il faut dire qu'entre-temps, le patron du PS, Olivier Faure, a fait sauter un verrou. Le verrou de l'inventaire : lundi soir il a officiellement tué le père, dans un bilan sans concession des années Hollande... Un gage pour débloquer la suite. En interne, ça lui vaut de fortes inimitiés, on dit de lui qu'il s'accroche à Glucksmann comme à une bouée de sauvetage, pour ne pas couler tout seul comme tête de liste aux européennes... Peut-être, mais la réalité c'est que des gens se parlent ou se reparlent. 

Et le mistrigri est en train de passer chez EELV et Yannick Jadot, toujours aussi étanche à l'idée de faire liste commune. Sauf que la base, les bases, le réclament, et plus les semaines vont passer, plus ce sera difficile de résister. 

Allez Yaël, on se projette sur la météo à 7 jours...

Mardi 5 février, CGT, Drouet et Insoumis, même combat et même rejet du grand débat. Ils se mobilisent ensemble (avec le NPA et le PCF) pour "l'urgence sociale" et prônent le "blocage total". 

Moi je pense que les gens perdent leur temps, et que ce débat est une mascarade" (Jean-Luc Mélenchon, le 27 janvier 2019, France 3)

C'est annoncé comme un grand débat , et tout ça va terminer comme un grand dégat' (Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, le 31 janvier 2019, sur France Inter).

La France Insoumise dans la rue, dans les grèves... On a déjà vu ça, avec la loi Travail et la réforme de la SNCF. Désir de "marée humaine", de coagulation des colères... Sauf que là, la nouveauté, c'est le trait d'union gilets jaunes. 

Et cette jonction, c'est un choix qui a été validé mardi par les parlementaires LFI. Un pari sur le long terme, celui de ne pas lâcher les gilets jaunes... Primo, parce qu’il y a toujours du monde le samedi. Deuxio, parce que si le débat fait flop et déçoit, il faudra un réceptacle aux frustrations.

Marine Le Pen entre dans le grand débat ? Eux jouent l'inverse. Ainsi pensent les stratèges insoumis, pour qui la colère sociale des gilets jaunes doit devenir le carburant des européennes. C'est la raison pour laquelle l'hologramme Mélenchon sera déployé dans 471 petites villes, que les premiers meetings, mi-février, auront lieu en zone rurale, l'Indre, le Lot... "Pour la Saint-Valentin, déclarez votre flamme aux services publics". Ce sera le thème de la pré-campagne. 

Sa "flamme" ? Le leader de la France Insoumise l'a déjà déclarée, à Drouet - Eric, l'héritier de Drouet - Jean-Baptiste le sans-culottes… Le choix du gilet jaune insurrectionnel, anti-système. François Ruffin, lui, termine son tour de France des ronds-points, des Français en "sédition", et monte son prochain documentaire, intitulé "j'veux du soleil". Pour les deux, c'est surtout "j'veux de la braise", en attendant l'hypothétique grand soir d'une improbable dissolution. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.