Quand Emmanuel Macron effectue un tour d’Europe pour tenter de convaincre les progressistes de le soutenir en vue des européennes, le leader du parti Les Républicains part à la conquête des droites

Et ses lieutenants en profitent pour taper sur le Président de la République qui fait, selon eux, du Giscard des années 1970, en voulant l’Europe à six. Le parti Les Républicains ne se veut ni progressiste ni populiste… Première étape donc : la Grèce, pour fédérer ce que LR appelle cette nouvelle génération en train de monter à droite et susceptible d’incarner une troisième voie en mai prochain. 

Une visite dans le camp de Moria sur l’île de Lesbos, un des principaux hotspots du pays, pour dénoncer les flux d’immigration. Mais surtout Laurent Wauquiez a vertement répondu depuis la Grèce à Benjamin Griveaux, le porte parole du gouvernement, l'accusant selon un écho du Journal du Dimanche, d’être "le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel".

Attaque insoutenable et méprisante pour Laurent Wauquiez.

EXTRAIT SONORE Laurent Wauquiez sur BFM TV

Itinérance : un nouveau mot à la mode

François Hollande avait sa déambulation. Emmanuel Macron a son itinérance. Un président en marche qui effectue une itinérance … rien de plus banal. 

Intéressante analyse de la sémiologue Elodie Mielcazrek  dans le Huntington Post qui développe les différents sens de itinérance en l’appliquant à Emmanuel Macron. Un itinérant, c'est quelqu'un qui, d'abord, se déplace dans l'exercice d'une charge, d'une fonction, d'une profession. Au sens plus religieux ça peut être un pasteur ou un prédicateur. Un itinérant est enfin celui qui parcourt un cheminement, suit un périple pour accéder à un certain état de l'évolution personnelle. L’Elysée pourrait donc essayer de mettre en musique à travers cette itinérance tous les discours entendus depuis des mois et notamment les mea culpa.  

EXTRAIT SONORE Emmanuel Macron

Le pèlerin Macron va effectuer près d’une vingtaine d’étapes. L’idée, c’est de suivre ce chemin du front comme le faisait Clemenceau, de le faire aussi en se perdant dans la France d'aujourd'hui, explique un proche du président.

Des terres, selon Emmanuel Macron, balafrées par les deux guerres qui ont également vécu la désindustrialisation, la mine et les coups de boutoir de la mondialisation. Visite de l’usine Renault, d’un EHPAD, voir comment ses politiques d’en haut sont appliquées sur le terrain.

Un président à la rencontre des Français, vous savez, qui pour certains, fument des clopes et roulent au diesel… Ceux-la ne vont pas manquer de lui rappeler et de le lui reprocher, je suis prêt à prendre le pari ici.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.