J-7 : la démocratie plus forte que l'épidémie. J+7 : Greta, l'ultime signal vert avant le vote

La semaine politique ! Avec vous, Yael Goosz, chef du service politique. On regarde dans le rétro et on se projette... Et ce que vous retenez de la semaine, Yael, c’est une drôle de fin de campagne.

Les municipales corona-contaminées…

Les municipales, à l'heure où nous parlons, sont parfaitement maintenues (...), et il ne faut pas ne pas aller voter parce qu'on a peur du coronavirus" (Sibeth N'Diaye, porte-parole du gouvernement, le 4 mars 2020, sur France Inter) 

Reporter ou pas les élections ? C'est donc officiellement non, mais ça l'est depuis le 27 février : quand Edouard Philippe reçoit tous les chefs de parti, il est formel et il leur dit : « Je ne serai pas celui qui restreindra la liberté d’expression, sinon on serait en train de changer de régime et vous ne manqueriez pas de me le reprocher ». La démocratie plus forte que l'épidémie. Dans un autre registre, terroriste celui-là, François Hollande avait lui aussi résister à la tentation de décaler les régionales, fin 2015, après les attentats. 

Est-ce facile pour autant de faire campagne dans ces conditions ? Non, c'est même décourageant. Les candidats redécouvrent la relation épistolaire, la boîte aux lettres, et abandonnent le contact physique. Certains meetings deviennent virtuels, en facebook live, comme celui qu'organisera mardi le marcheur Bruno Bonnell à Villeurbanne. On imprime et réimprime en vitesse des tracts, pour compenser l’absence de réunions publiques. 

Et à situation inédite, questionnement inédit : le coronavirus va-t-il renforcer, l’abstention, premier parti de France ? Et l’abstention de qui ? Chez les marcheurs et surtout chez les Républicains, on sait ce qu’on doit aux électeurs séniors. Seront-ils plus nombreux, malgré les mesures de précaution annoncées, à rester chez eux ? Et si a contrario, les jeunes restent mobilisés (mais c’est rarement le cas sur une élection municipale), eux qui votent davantagne LFI, EELV ou RN… Cette abstention différentielle est-elle de nature à modifier les équilibres ? 

La participation qui baisse, c'est une donnée structurelle en France, le coronavirus, lui, est conjoncturel, mais c'est un facteur aggravant. On ne le dira jamais assez, mieux vaut voter avec un masque qu'avec ses pieds !

Allez Yael, on se projette sur les jours qui viennent…

Une drôle de campagne qui finira comme elle a commencé, sous pression verte.

This is all wrong (...) I should be back in school (...) How dare you ?" (Greta Thunberg, au sommet climat de l'ONU à New-York, le 23 septembre 2020)

« Comment osez-vous » ? La jeune suédoise débarque en France, Grenoble vendredi prochain, puis Paris, samedi 14, pour une réédition de la Marche pour le climat. Tout ça à la veille du 1er tour des municipales. De quoi remettre l’agenda climatique au cœur de la campagne, un thème que certains candidats ont clairement relégué au second plan, notamment dans la capitale quand on voit les priorités « sécurité » et « propreté » mises en avant par Agnès Buzyn ou Rachida Dati. 

La visite de Greta, piqûre de rappel aussi pour Emmanuel Macron ! Ce vendredi, la convention climat siège pour la 6ème fois, et entre dans le dur. Les 150 citoyens sélectionnent les mesures qui seront traduites en propositions de loi ou de règlements. 

Et la balle sera bientôt dans le camp d'Emmanuel Macron : réanimer l’acte 2, c'est encore possible. Souvenez-vous, la promesse post-Gilets jaunes, d’une nouvelle méthode, d’un pouvoir débunkérisé au plus près des citoyens. Acte 2, à moins qu’on soit déjà passé au stade 3 du virus des promesses mal tenues. Car les retraites, aussi, devaient avoir leur grand débat ! 

S'il veut décoller le sparadrap du 49.3, massivement rejeté dans l'opinion, le Président peut frapper un grand coup. Référendum. Il l'a mis sur la table. Europe écologie les verts est même prêt à soutenir l’initiative, si les propositions sont ambitieuses. Le climat, sortie de secours possible pour Emmanuel Macron, après le sauve-qui-peut des municipales.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.