J-7 Nouméa s'éloigne de Paris. J+7 Le gadget du collectif citoyen vaccin

La passation de pouvoir entre Édouard Philippe et Jean Castex, en juillet dernier
La passation de pouvoir entre Édouard Philippe et Jean Castex, en juillet dernier © AFP / Thomas SAMSON / POOL

La semaine politique. On regarde dans le rétro, on se projette sur les jours qui viennent. Cette semaine, Maxence Lambrecq, vous retenez le saut dans le vide en Nouvelle-Calédonie avec désormais un gouvernement à majorité indépendantiste.

Oui, l’archipel se fracture et s’éloigne encore un peu plus de Paris. C’est une première depuis les accords de Matignon qu’Edouard Philippe évoquait à l’heure de son départ.

"Un processus fascinant, difficile, complexe, incertain encore, car vous verrez, M.le Premier ministre, à Matignon, on parle beaucoup de Nouvelle-Calédonie" (Edouard Philippe, le 3 juillet 2020 lors de la passation de pouvoir)

Or, depuis juillet dernier, il en est peu question rue de Varenne. Priorité à l’épidémie. Déplacement impossible sous peine de quatorzaine. Et un Jean Castex complètement étranger au dossier. Alors que presque tous les successeurs de Michel Rocard ont tissé des liens directs, personnels, intimes avec les acteurs calédoniens. « Il survole le dossier, avoue-t-on au ministère des Outre-Mer, ça lui prendrait trop de temps de s’y investir », ce que Matignon dément bien sûr.

En tout cas, la crise autour de la mine de nickel, si stratégique, a été traité comme un problème économique, sans mesurer toute la dimension symbolique : le rapport à la terre, l’un des moteurs de l’indépendance. La situation est maintenant si alarmante que l’Elysée reprend la main.

Le 3ème referendum pourrait avoir lieu dès cet automne. L’indépendance se jouera alors à quelques milliers de voix, sans doute celle des walisiens. Le voisin chinois n’attend que ça pour étendre son empire.

A Nouméa, les loyalistes jouent l’affrontement. Les kanaks l’apaisement. On les disait irresponsables, ils se retrouvent aux manettes. Vitrine inespérée. Atout supplémentaire dans cette folle course en avant.

« On n’a pas le droit de se rater » disait Edouard Philippe sur place. Y venir, c’est en tomber amoureux ». Amoureux du "caillou" ? Non d’un joyau en danger que Jean Castex promet de visiter « le jour où la situation sanitaire sera + calme ». Il y a de quoi s’inquiéter pour ce processus de paix si singulier.

On se projette maintenant sur les jours qui viennent, Maxence, avec des nouvelles du collectif citoyen vaccin.

Oui, une promesse d’Emmanuel Macron, il y a 3 mois, à l’heure où il fallait rassurer les Français.

"Un collectif de citoyen sera mis en place pour associer plus largement la population" Emmanuel Macron, le 24 novembre 2020

Mardi prochain, attention, ils rendront publiques leurs premières "pistes de travail". Pourquoi ? Parce qu’ils ne maitrisent toujours pas le dossier. 18 femmes, 17 hommes, tirés au sort début janvier, conscients de leur responsabilité, mais incapable pour l’instant de titiller un gouvernement qui a la tête dedans depuis 1 an, « en phase, je cite, d’acquisition des connaissances ».

« Heureusement qu’on ne les attend pas, lâche un ministre. Les demandes des Français, on les connaît ».

A quoi bon mettre en scène un thermomètre citoyen alors que les sondages pleuvent dans les ministères ? 

A quoi bon jouer la transparence face à ces 35 citoyens tout en privant les députés le mois dernier de la mission d’information Covid ? 

A quoi bon chercher la confiance en laissant Bruxelles dissimuler toujours une partie des contrats européens ? 

« On passe son temps à inventer des acrobaties démocratiques ». Attaque signée François Bayrou qui y voit « une atteinte profonde à la légitimité de la démocratie représentative ».

« On se cherche encore » admet un conseiller de l’Elysée. Ce petit-cousin de la Convention climat est censé, cet été, être un accélérateur de confiance dans la vaccination. Ce sera surtout une usine à questions. Qu’importe, dans la majorité, on pousse maintenant pour un autre collectif citoyen sur l’euthanasie, sujet encore + facile et consensuel. 

L'équipe