J-7 : "frontière" dans tous ses états. J+7 : voter sous contrainte sanitaire.

La semaine politique, avec vous, Yael Goosz.  On regarde dans le rétro, et on se projette. Et ce que vous retenez de la semaine, Yael, c’est le mot « frontières ».  

Protection légitime ou excès de souverainisme ?   

Je demande, dès le mois de janvier 2020, de contrôler nos frontières (...). Tous les pays du monde ont contrôlé leurs frontières, sauf la France !" (Marine Le Pen, dimanche dernier, sur BFM). 

Le casse-tête de la réciprocité… Objet de la réunion des 27, hier. La France met-elle moins de barrières sanitaires à l’entrée que ses voisins ? C'est en train de changer. Mais comment garantir la liberté de circuler à nos 360.000 travailleurs frontaliers. A l’extérieur de l’Union, on verrouille, mais à l'intérieur, comment harmoniser. Cette pandémie a au moins le mérite d'inciter les Européens à se regarder et se comparer. La stratégie des uns influe sur la politique sanitaire des autres. Un début "d’espace public commun", pour citer le philosophe allemand Jürgen Habermas. Il n’avait pas prévu que ça passerait par un virus.   

Frontière, encore, économique cette fois, entre France et Canada. Qui aurait imaginé Bruno Le Maire, ex-candidat à la primaire de la droite, claquer la porte au nez d’un groupe Québécois tenté de se rapprocher de Carrefour ? La remarque vaut aussi pour Emmanuel Macron, l’homme du Choose France, des rapprochements, et même du deal entre Pfizer et Nestlé quand il travaillait chez Rothschild. Alors, pourquoi ce veto ? Cohérence post-Covid : on réarme l’Etat. Cohérence de campagne aussi et surtout : Marine Le Pen ne doit plus avoir le monopole du souverainisme.  

Enfin, frontière mémorielle, franco-algérienne. Le rapport remis mercredi par Benjamin Stora. Emmanuel Macron lancera-t-il cette commission « Mémoire et vérité » entre les deux rives de la Méditerranée ? Immuniser le pays contre les incompréhensions post-coloniales. Moins urgent que le variant anglais, mais ça fait 60 ans que ça dure.    

Allez Yael, on se projette sur les jours qui viennent…   

Est-ce que voter nuit à la santé ? Vous avez aimé les municipales, vous allez adorer les régionales.   

Est-ce que la démocratie s'arrête au nom de la pandémie ? (...) Nous allons voter deux dates, premier tour le 13 juin, deuxième le 20 juin (...). Le primat de la démocratie, ça a du sens" (Gérard Larcher, hier matin, sur France Info). 

Gérard Larcher, Président d’un Sénat qui se penche, mardi prochain, sur le report des élections départementales et régionales, de mars à juin. Et si c’était plus tard encore ? Depuis Noël, tout le monde joue à se faire peur. La première alerte (et première fronde) remonte au 15 juin 2020. Déjeuner à l’Elysée avec les présidents de région. « Je maintiens les élections si vous jouez le jeu du plan de relance, sinon je reporte à 2022 », leur dit en substance Emmanuel Macron. Tollé général. Mais bon résumé de l’état de la relation, polluée, entre vieux partis - LR et PS bien implantés dans les territoires -, et macronnie hors sol.  

Car qui a le plus intérêt au maintien des dates ? Les sortants bien sûr. A gauche, il faut trancher l’ordre d’arrivée entre PS et écolos, qui sera devant qui ? ça pèsera pour la présidentielle. A droite, régionales impératives pour départager Pécresse, Bertrand et Wauquiez, puisqu’il n’y a pas de primaire !   

Mais ça n'est pas prioritaire pour les autres : Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, enjambent ces régionales. Et même s’agissant du RN, quel serait l’intérêt de ressortir avec zéro région avant d’affronter Emmanuel Macron ? Lequel ne pourra en décrocher que grâce au Modem.   

Donc scrutin les 13 et 20 juin, dit le Sénat. A condition de faire évoluer nos pratiques. Le Portugal et les Etats-Unis n’ont pas attendu pour adapter leur scrutin présidentiel à la pandémie et développer le vote à distance ! Mercredi, la République en Marche proposait d'« ouvrir la voie au vote par internet. » Intéressant...  

Pour quand ? 2027 ! Je vous rassure, d’ici là une voire deux élections régionales auront eu lieu.

L'équipe