J-7 : prophétie auto-réalisatrice ? J+7 : vit-on sur la bête et sur la dette ?

La semaine politique, avec vous, Yael Goosz. On regarde dans le rétro, et on se projette. Et ce que vous retenez de la semaine, Yael, c’est une boule de cristal...  

Premier sondage présidentiel de l'année : auto-réalisateur ou auto-destructeur ?   

Je pense qu'il y a un abus de science (...). Je souhaiterais beaucoup que les hommes politiques, les journalistes, regardent avec vigilance (...) les sondages." (le sociologue Pierre Bourdieu, archive INA, interviewé en 1986) 

Avertissement toujours d'actualité ! Quand on voit à quel point l'enquête Harris Interactive, publiée lundi dans L'Opinion, a rythmé la semaine. Sondage qui donne Marine Le Pen en tête au premier tour, 3 points devant Emmanuel Macron. 

Et puis il y a ces pages du sondage, non publiées, mais qui ont largement circulé. Deuxième tour serré : 52 / 48, à l'avantage d'Emmanuel Macron. C'était 55 / 45, il y a six mois. Explosion de joie dans les rangs du RN, où l'on parie sur l'effet psychologique. "Il n'y a plus de plafond de verre ! Tout devient possible", prédisent les proches de Marine Le Pen.  

Sondage dans lequel Jean-Luc Mélenchon aussi a puisé du carburant, mercredi, appelant ses concurrents à gauche à "une trêve", puisque c'est lui qui est devant. Jubilation, enfin, de l'éternel candidat Nicolas Dupont-Aignan (7%). Devant Anne Hidalgo ! 

Ou comment la course des p'tits chevaux, dopés aux sondages, est repartie de plus belle. D'autant plus vite que ce sondage remplit un vide et compense le blues des politiques englués dans le faux-plat sanitaire. 

Une course périlleuse pour tous : médias, citoyens et politiques ! Car prématurée, et sur un échantillon fragile : près d'1/4 du panel ne sait même pas s'il ira voter. 

Tout le monde connaît les limites de l'exercice, mais suite à ce sondage, des marcheurs, inquiets, ont écrit des sms au Président pour lui dire que s'il reconfine comme en mars, en fermant les écoles, alors il peut faire une croix sur 2022. Dans la majorité, certains aimeraient bien qu'Edouard Philippe, soit sondé, lui aussi... La machine infernale est en marche !

Allez Yael, on se projette sur les jours qui viennent…  

Après le retour du retour du confinement… le retour de la dette !   

J'ai été secrétaire général adjoint de l'Elysée au moment de la crise de 2008, (...) et je pense qu'on a trop vite resserré la vis (...), il ne faudrait pas que la potion soit pire que le mal !" (Jean Castex, le 18 janvier, sur France 5)

Comment et quand faudra-t-il sortir du « quoiqu’il en coûte » ? Une dette à + de 120% du PIB, est-ce grave docteur ? Ce que le Premier ministre nous dit, c’est qu’après la crise de 2008, la France a trop vite cédé à l’austérité et cassé sa relance. Ne pas refaire la même erreur, voilà l’un des enjeux de la prochaine présidentielle.   

Une commission ad hoc, pilotée par l’ex-ministre des finances d’Alain Juppé Jean Arthuis, planche depuis décembre sur cette dette post-Covid. Elle se réunit à nouveau lundi, à Bercy. Et puis mardi, Jean Castex recevra le syndicaliste Philippe Martinez. La dette, sujet sur lequel la CGT va bientôt organiser sa propre journée de travail.  

Car le sujet pourrait vite devenir incontrôlable… Effacer l’ardoise magique, est-ce possible à 27, comme l’affirment Arnaud Montebourg ou Jean-Luc Mélenchon ? La dette peut-elle devenir perpétuelle ? 

Il faudra d’abord se mettre d’accord sur les chiffres. Et selon nos informations, à l’automne, Emmanuel Macron demandera un audit des comptes publics (chose que l’on fait généralement après les élections). Afin que tout le monde, et tous les candidats, aient une vision claire de l’état du pays.  

La dette ou les dettes ? Le gouvernement veut « cantonner » celle qui relève de la crise Covid. Sans se presser pour rembourser, puisque les taux d’intérêts n’ont jamais été si bas. L’Autriche a même contracté un emprunt sur 100 ans ! « Emprunt Mathusalem », c’est son surnom… Pour l’instant, Bercy gère l’urgence. Crise oblige : la cigale va devoir chanter tout l’hiver. Et les fourmis sont priées de se taire.

L'équipe