Musique et arts plastiques dans le Mag de l’été hier avec Ernest Pignon Ernest pour son exposition « Ecce Homo » à Avignon et Jeanne Cherhal pour son nouvel album « l’an 40 ». Au micro d’Anna Sigalevitch, elle se raconte l’équilibre trouvé à 40 ans et sa façon d’écrire et de composer ses chansons.

Jeanne Cherhal au Zénith en 2016 à la Cérémonie des Victoires de la musique
Jeanne Cherhal au Zénith en 2016 à la Cérémonie des Victoires de la musique © Getty / Tony Barson

Sur la pochette de son sixième album, L'An 40, la chanteuse apparait sans artifice : pas maquillée, ni épilée, au soleil... Jeanne Cherhal : 

"Cette photo raconte une forme de liberté, liberté de ne pas être nickel ni apprêtée. Je me suis sentie comme cela en enregistrant mon disque dans la manière dont j'ai envisagé le piano... J'ai gardé des petites erreurs pianistiques, ma voix n'est pas toujours très juste... Je voulais que l'image reflète ça : une femme de 40 ans, elle a ses points forts, ses points faibles et sa liberté." 

Appelé l'album L'An 40, une façon de célébrer le fait de mûrir

"J'ai eu 40 ans l'année passée. Et cette année à été une année de grâce. C'est celle où j'ai écris mon disque une semaine par mois. J'ai ressenti presque une forme de sérénité, un équilibre. J'ai eu l'impression d'être à un point où l'on a un vécu, tout en ayant plein de choses encore à voir et à découvrir... J'avais envie de célébrer cet âge."

ECOUTER Le mag de l'été avec Jeanne Cherhal

Les invités
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.