Clément Cogitore était invité pour parler de sa mise en scène de l’opéra- ballet Les indes galantes de Rameau à l’Opéra Bastille à partir du 27 septembre. Au micro d’Anna Sigalevitch, il se livre sur sa passion de cette musique et sur son travail à la croisée des arts...

Clément Cogitore au Musée de la chasse en 2018
Clément Cogitore au Musée de la chasse en 2018 © Maxppp / Paul Barlet / Le Pictorium

Rediffusion d'un extrait de l'émission du 21 août 2019.

Clément Cogitore : "Les Indes Galantes, c’est une musique dont je ne pourrais pas me passer. En tant que spectateur ou lecteur, il y a des choses qui font partie de nous. Il arrive qu’on lise un texte, ou qu’on écoute un morceau et que l’on se dise : « ah, ça faisait longtemps, ça a manqué à ma vie ». Des airs des Indes galantes me font cet effet-là." 

Le propos ? 

On est au Siècle des lumières, l’homme européen commence à  s’intéresser à d’autres cultures. Et il commence à se raconter des histoires. Pour résumer très schématiquement, c’est un peu Pocahontas : le gout de l’ailleurs, la princesse indienne, les colons et guerriers européens, une histoire d’amour, une intrigue, un chef indien qui s’oppose, et la princesse est la fille du chef… Les Indes Galantes, c’est une histoire de malentendu amoureux et politique. Il est aussi beaucoup question des stéréotypes entre Français et Espagnols… "

Ecouter Le Mag de l'été

Les invités
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.