Cette semaine, dans le club, on s'intéresse au monde invisible du vivant. Comment définit-on les microbes ? Sont-ils tous pathogènes ? Et puis on approchera ces drôles d'animaux gélatineux que sont les méduses, qui s'échouent chaque année sur les plages. Et enfin, le combat de la LPO contre les néonécotinoïdes.

Création abstraite d'un virus
Création abstraite d'un virus © Getty / zhengshun tang

Le monde invisible du vivant

Le monde invisible du vivant reprend toutes les bases et les fondamentaux de la biologie et de la microbiologie. Ainsi on s’intéresse à la signification du mot “microbe”, on cherche à comprendre comment fonctionne l’ADN, l’ARN, à quoi servent les chromosomes, on répondra aussi aux questions suivantes : 

  • Qu’est-ce qu’une cellule ? 
  • Quelle est la différence entre une levure et un champignon ?
  • Comment fonctionne le système immunitaire ? 
  • Qu’est-ce qu’une enzyme ?
  • Combien de temps vit une bactérie ? 

Et ainsi on comprendra mieux comment fonctionne la grande famille du vivant. 

Reprenons depuis le début … Il y a trois grandes catégories d’organismes vivants : les bactéries, les archées (microorganismes unicellulaires sans noyau), et les eucaryotes (microorganismes unicellulaires avec noyau), les protistes (champignons et levures..) et tous les organismes multicellulaires comme les animaux, les humains, les plantes...

Le monde invisible du vivant (Odile Jacob) est un livre de vulgarisation richement illustré, avec des dessins détaillés réalisé par l'artiste Fabrice Hyber, un vrai manuel ludique de science sur la microbiologie porté par Pascale Cossart, accessible à tous !

On en parle avec Pascale Cossart, professeur à l’Institut Pasteur, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et Fabrice Hyber, artiste.

Mieux connaître les méduses, ces animaux gélatineux que l’on va croiser dans l’eau cet été ! 

Chaque année sur les plages ou dans les lagunes des vacanciers se font piquer par des méduses. Il arrive aussi que nos littoraux fassent face à des échouages de méduses régulièrement relatés dans la presse, ces échouages font l’objet d’études par les scientifiques. Les méduses indiquent parfois des zones très polluées où l’écosystème a été particulièrement perturbé. Mais qui sont ces animaux gélatineux si élégants dans l’eau et comment se retrouvent-ils échoués sur nos côtes ? Quel est leur rôle dans l’environnement ? 

Les méduses sont composées à 95 % d’eau, elles n’ont pas de cerveau, un système de neurone simple, mais elles ont des taux de croissance qui sont parmi les plus rapides dans le monde animal terrestre et marin confondus. Elles sont capables de survivre avec des variations de température de bonne dizaine de degrés et des variations de salinité importantes. Elles survivent aussi dans des endroits où les teneurs en oxygène sont très faibles.

On en parle avec Delphine Thibault, Maitre de conférences à Aix Marseille Université, spécialiste des méduses et des corps gélatineux, rattachée à l’Institut Méditerranéen d’océanologie

La LPO contre l'imidaclopride, un insecticide puissant, tueur d'oiseaux

Le 21 Mai la LPO a assigné au tribunal les principaux producteurs et diffuseurs d’imidaclopride pour faire reconnaitre leur responsabilité dans le déclin des oiseaux de milieux agricoles. Ce déclin est concomitant à l’arrivée sur le marché de ce produit en 90.

Cette action est financée grâce à la cagnotte « STOP AUX PRINTEMPS SILENCIEUX », organisée sur la plateforme HelloAsso :

La LPO fait aussi le bilan de 30 ans de suivi des oiseaux commun en France.

On en parle avec Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO

Les invités
  • Allain Bougrain-DubourgJournaliste, Président de la LPO (Ligue pour la Protection des oiseaux).
  • Pascale CossartMicrobiologiste, professeur Institut Pasteur et secrétaire perpétuelle de l’académie des sciences
  • Fabrice Hyber
  • Delphine Thibaultmaître de conférence à Aix Marseille Université, spécialiste des méduses, rattachée à l'Institut Méditerranéen d'océanologie
L'équipe