Avec le changement climatique, le niveau des mers augmente petit à petit et grignote les côtes françaises ainsi que les Iles du Pacifique. Les zones les plus à risques sont les littoraux bas (sous ou au niveau de la mer) et les zones littorales très habitées.

L'élévation du niveau de la mer
L'élévation du niveau de la mer © Getty / Boris SV

Le niveau global des mers augmente, un processus qui s’est accéléré ces dernières décennies  . Selon le rapport du Giec , alors que le niveau de la mer a augmenté d’environ 15 cm à l’échelle mondiale au cours du XXe siècle, cette hausse est actuellement plus de deux fois plus rapide – 3,6 mm par an – et continue de s’accélérer. Le niveau de la mer continuera d’augmenter pendant des siècles. Cette hausse pourrait atteindre 30 à 60 cm environ d’ici 2100 et ce, même si les émissions de gaz à effet de serre sont fortement réduites et si le réchauffement planétaire est limité à une valeur bien en dessous de 2 °C, mais environ 60 à 110 cm si ces émissions continuent d’augmenter fortement. Cette élévation du niveau de la mer est la conséquence de deux facteurs qui  est l’augmentation de la température moyenne de l’eau des océans, qui provoque leur dilatation ainsi que  la perte de masse importante des glaces et calottes glaciaires, notamment au Groenland et sur la banquise antarctique. C’est ce deuxième facteur qui contribue le plus aujourd’hui à l’accélération de l’élévation du niveau des mers.  

"Toute personne sur Terre dépend directement ou indirectement des océans et de la cryosphère [l’ensemble des glaces à la surface du globe] », rappelle le GIEC. Les Iles Marschall situées dans le Pacifique Nord sont vulnérables car elles sont constituées de lagons et d'atolls, sont très basses, et de plus elles sont étroites. Nombreux sont les impacts du changement climatique et de  l'élevation du niveau de la mer sur ces iles du Pacifique.  La hausse des températures peut conduire à des sècheresses plus longues qui nuiraient à  la production agricole. L’augmentation de l’acidification des mers a aussi un impact certain sur les récifs coralliens et son éco système. Cela pourrait créer une insécurité alimentaire pour les Marshallais, la mer étant une des principales sources de subsistance. Ces mêmes récifs coralliens sont également  une protection pour les iles qui peuvent etre victimes de vagues submersives. De plus, l’impact du changement climatique peut avoir des consequences  sur la taille et la forme des  iles avec le risque d’érosion.  *

Concernant le littoral français (métropole et outre-mer), la situation n'est pas meilleure. Selon le dernier rapport du Giec, publié en septembre  2019,  la hausse du niveau de la mer pourrait atteindre 1,10 mètre en 2100. Les côtes françaises subiraient alors de plein fouet l’érosion et la submersion... Nos côtes sableuses ou rocheuses,  subissent des tempêtes,  des cyclones, des vagues subversives, des inondations .  Les zones les plus à risques sont les littoraux bas (sous ou au niveau de la mer) et les zones littorales très habitées. Le  littoral français a la particularité d'être  habité voire surpeuplé, industrialisé avec  des complexes hôteliers et de nombreuses  infrastructures. La résidence Le Signal-sur-Mer à Soulac sur Mer en Gironde est devenu le symbole même de l’érosion du littoral sableux français . La tempête Xyntia survenue dans la nuit du 27 février 2010 a frappé l'ouest de la France, causant la mort de dizaines personnes engloutis dans l’inondation de leur lotissement à la Faute sur mer en Vendée et dans les Antilles françaises, le cyclone Irma a endommagé, à divers degrés, 95 % du bâti dans les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy.

Comment se préparer et quelles sont les solutions pour anticiper les consequences du changement climatique ?  

  • Hélène Jacot des Combes  est consultante et conseillère du  gouvernement des iles Marshall sur la gestion des catastrophes naturelles et de l’adaptation au changement climatique dans le cadre d’un projet financé par la banque mondiale. Elle est paléo océanographe, collabore avec l’Université du Pacifique Sud et  autrice principale du chapitre 6 du rapport du Giec sur les océans et la cryopshère.
  • Magali Reghezza-Zitt, géographe spécialiste des risques naturels, des questions de vulnérabilité et de résilience urbaines.  Maitre de conférences à l’Ecole Normale Supérieure et membre du Haut conseil pour le climat (HCC) 
Programmation musicale
L'équipe