Au menu du club, on s'interroge, le capitalisme n’a-t-il vraiment pas d’alternative ? On se plonge dans le journal de bord du journaliste Hugo Clément, de l'Indonésie, au Svalabard, au plus près des luttes pour le climat qui sont menées. Et enfin, la diversité morphologique des appareils génitaux chez les animaux.

Le capitalisme, et après...

Hervé Kempf observe depuis trois décennies la crise écologique, et en à peine trente ans, réchauffement, recul de la diversité et pollution des écosystèmes ont atteint des niveaux effrayants. 

Dans son livre Que crève le capitalisme ! (seuil ed.), il retrace les grandes tendances historiques et économiques qui ont forgées, façonnées et ancrées le capitalisme, à tel point qu’il nous paraît impossible de voir émerger un autre système. Il expose la façon dont s’actualise et se réinvente, “se réarme”, le système capitaliste et les conséquences qui le caractérisent comme ; la création d’inégalités, de déséquilibres, la destruction, la dette et un monde aux Etats de plus en plus autoritaires. Si le capitalisme a une histoire écrit-il, cela signifie qu’il a un début et une fin, et qu’il peut laisser place à autre chose.  
Les capitalistes se déchaînent : on dirait que, plus la situation écologique s’aggrave, plus ils se dépêchent de saccager le monde explique-t-il. Le capitalisme se radicalise selon Hervé Kempf, il parle d’un nouveau capitalisme qui œuvre, le techno-capitalisme.

On en parle avec Hervé Kempf est rédacteur en chef de Reporterre, le quotidien de l’écologie.

Journal de guerre écologique 

Mêlant synthèse d’études scientifiques, réflexions personnelles et expériences sur le terrain, Journal de guerre écologique aux éditions Fayard est le condensé de deux ans et demi de terrain du journaliste Hugo Clément. Des expériences réalisées aux côtés de scientifiques, de militants sur les enjeux et les luttes écologiques actuels. De l’Indonésie, au Jura en passant par le Svalbard et les îles Féroé, Hugo Clément raconte les luttes qui se mènent face aux catastrophes écologiques en cours. En s’appuyant sur des données scientifiques, il éclaire chaque situation, on apprend ainsi que les forêts naturelles du Morvan sont remplacées par des douglas, ce phénomène s’appelle l’enrésinement, on apprend aussi que le Svalbard est le meilleur laboratoire pour observer en temps réel la catastrophe qui touche les pôles. 

On en parle avec Hugo Clément, journaliste.

La diversité morphologique des organes de reproduction dans la nature

Les organes génitaux des animaux sont loin d’être dénués d’originalité, pénis épineux, pénis en gouttière, pénis détachables, pénis bruyants, au fil des millions d'années d’adaptation, les animaux ont redoublé d’ingéniosité dans la morphologie de leurs appareils génitaux pour reproduire leur espèce. Davantage documentés sur la diversité morphologique des pénis, les scientifiques peinent à avoir suffisamment d’informations sur les appareils génitaux des femelles dans le règne animal ce qui rend incomplet les recherches dans ce champ d’étude. Existe-t-il un seul pénis ancestral ? Comment peut-on expliquer la diversité morphologique des organes génitaux ?

On en parle avec Emmanuelle Pouydebat chercheuse au Museum et auteure de Sexus Animalus aux éditions Arthaud

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC, @LaTacfi sur Twitter, et @laterreaucarre sur Instagram.

Les invités
  • Hervé KempfJournaliste spécialiste de l'environnement, essayiste
  • Hugo ClémentJournaliste
  • Emmanuelle PouydebatDirectrice de recherche au CNRS et au Musée National d'Histoire Naturelle, spécialiste de l'évolution des comportements
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.