Suite à une enquête menée entre 2007 et 2013 à Hongkong, Taïwan et Singapour, l’anthropologue Frédéric Keck montre comment les chasseurs de virus et les responsables de la santé publique s’allient avec les vétérinaires et les observateurs d’oiseaux pour anticiper une future épidémie.

Qui sont les sentinelles des pandémies ?
Qui sont les sentinelles des pandémies ? © Getty / Frederic Cirou

Hongkong, Taïwan et Singapour, sont trois territoires en relation immédiate avec la Chine, et particulièrement touchés par le Sras en 2003. Craignant de nouvelles épidémies de grippe aviaire venues de Chine, ils sont à la pointe de la préparation scientifique, technologique, sanitaire, philosophique même, à la catastrophe  et c'est là où Frédéric Keck a mené sa recherche entre 2007 et 2013. L'anthropologue  prend comme point de départ les pathogènes  franchissant les barrières d’espèces pour une enquête  sur les transformations des relations entre humains et non-humains.

Durant son enquête au frontière de la Chine,  à Hong Kong, Taïwan et Singapour,  il  a observé  les fermes d'élevage de poulets dont certains étaient des "« poulets soldats siffleurs »,  les marchés, les volailles, les oiseaux migrateurs, les villes,  a suivi les hommes dans tous les endroits où il y a du commerce de marchandises et a discuté avec des adeptes du bouddhisme et du taoïsme qui lui expliquaient que l’émergence du virus H5N1 renvoyait  aux mauvaises énergies ou mauvais karma produits par la consommation croissante de viande de poulet, qui se vengeaient  des hommes en leur envoyant  des pathogènes.  Il a aussi  rencontré des ornithologues,  des virologues,  des chasseurs de virus et des observateurs d'oiseaux. 

Les sentinelles animales, placées sur la ligne de front des « guerres contre les virus », y sont valorisées parce qu’elles détectent l’apparition des maladies infectieuses émergentes à travers des signaux d’alerte précoce. L’utilisation des ces oiseaux sentinelles repose sur un principe selon lequel les signes envoyés par des animaux dans la nature sont analogues aux signes observés entre les cellules d’un organisme en laboratoire.
En France, à l'heure du Covid 19,  peut être Faudrait-il  sortir d’une gestion purement sanitaire et  l’aborder aussi sous l’angle de l’écologie et la conservation.

avec  Frédéric Keck anthropologue,  directeur de recherche au Cnrs au laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France  et auteur de « Les Sentinelles des pandémies. Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine » Préface de Vinciane Despret. Ed Zones Sensibles et  du livre «Un Monde grippé» Ed Flammarion.

Les invités
  • Frederic KeckAnthropologue, directeur du département de la recherche et de l'enseignement du musée du quai Branly
Programmation musicale
  • CHARLOTTE GAINSBOURG
    CHARLOTTE GAINSBOURGRest2017
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.