L’année 2020 s’annonce comme une année noire pour l’échouages des dauphins sur la façade Atlantique en France. La plupart de ces échouages sont liés à des captures accidentelles, les scientifiques ont dénombré plus du 1000 échouages cette année sur une courte période, un chiffre surement plus élevé.

2020 : une année qui déplore beaucoup trop d'échouages de dauphins
2020 : une année qui déplore beaucoup trop d'échouages de dauphins © Getty / George Karbus Photography

Alors que des ONG, à l’instar de Sea Shepherd, dénoncent l’immobilité de la France face à ce phénomène, Hélène Peltier de l’observatoire Pelagis vient nous rappeler les données scientifiques. Environ 1100 dauphins échoués ont été recensés en 2020 mais le comptage a été arrêté sur une courte période et le nombre risque d’être bien plus élevé.   

Au 1er janvier 2021, la ministre de la mer Annick Girardin envisage d’obliger les chalutiers à s’équiper de pingers pour éloigner les dauphins. Cette mesure sera-t-elle suffisante pour éviter l’hécatombe ? Comment anticiper l’impact à long terme sur ces populations de dauphins ?  

Le pic d’échouages associés aux captures accidentelles a été recensé en 1989, il y en pas loin de 600 échouages cette année-là. Il y a eu beaucoup d’échouages fin 90 et début 2000 et puis ce phénomène s'est arrêté sans mesures particulières. 

Depuis 2017 les effectifs d’échouages ne font qu’augmenter explique Hélène Peltier.

Les dauphins peuvent rester en apnée maximum dix minutes. Dans le cas de capture, ils ne se noient pas vraiment, ils sont en situation de stress, et ils finissent par s’asphyxier, cela laisse des traces dans leurs poumons. 

On en parle avec Hélène Peltier, biologiste de l'Observatoire Pelagis, rattaché à l'université de La Rochelle-CNRS

Programmation musicale
  • Balthazar
    BalthazarLosers2020
  • Rodolphe BurgerLa chambre (feat. Christophe et Phillippe Poirier)2020
  • Lisa EKDAHL
    Lisa EKDAHLL'AURORE
L'équipe