Au menu du club, on s'intéresse aux a priori qui nourrissent tous les phantasmes à propos des loups. 51 jours seul en Antarctique, c'est l'exploit qu'a accompli un des plus jeune explorateur français. Enfin, la chlordécone cette molécule très persistante dans l'environnement qui a contaminé les Antilles.

Déconstruire les aprioris sur les loups
Déconstruire les aprioris sur les loups © Getty / Copyright Michael Cummings

Les loups 

Le loup fait l’objet de tous les phantasmes, a-t-il de grandes oreilles, a-t-il une grande queue, tout est relatif et surtout, il n’y a pas un loup, mais des loups. Celui de France et d'Italie peut être reconnu par un bandeau de fourrure blanche autour de ses babines, qui donne l’allure d’un masque de joker écrit Pierre Rigaux dans Loups, un mythe vivant (ed Delachaux&Niestle). 

A travers le monde, la morphologie des loups varie et répond aux conditions climatiques. La silhouette de certains seront plus frêles que d’autres. Les loups du monde entier appartiennent à une même espèce Canis lupus qui se décline en sous-espèces affichant des particularités génétiques. 

En France la question de la présence du loup revenu depuis 1992 par les Alpes italiennes cristallise les tensions avec certains bergers. Depuis 1970, le loup italien est protégé. Pierre Rigaux s’attèle à déconstruire les a priori à propos de cet animal. On apprend notamment que les yeux des loups n’émettent pas de lumière, mais que le fond de leur rétine est tapissé d’une couche de cellules réfléchissantes. 

51 jours seul en Antarctique

En novembre 2018, Matthieu Tordeur part pour une expédition en solitaire en Antarctique, sans assistance ni ravitaillement. Le 13 janvier 2019, à 27 ans, Matthieu Tordeur devenait le premier français à rallier le pôle Sud en solitaire, à ski, en autonomie totale.

Il est parti de Hercules Inlet à 256m d’altitude et à 1130 km du pôle sud pour rejoindre la base scientifique de Amundsen Scott à plus de 2 800m d’altitude. Il a donc effectué 1130km pour 50 jours d’autonomie alimentaire, soit une moyenne de 23 km par jour.

Après un film, il retrace son expérience dans un livre, une manière plus intimiste de raconter son aventure et nous faire partager les phases de difficultés qu’il rencontre lors de cette traversée. La solitude, les contraintes climatiques, les doutes, puis enfin la progressive adaptation à ce monde blanc hostile et sans concession.

On en parle avec Matthieu Tordeur, aventurier et conférencier membre de la Société des explorateurs français, auteur de Le Continent blanc,51 jours seul en Antarctique(Editions Robert Laffont)

Tropiques Toxiques, le scandale du chlordécone

La chlordécone a fait son apparition dans les bananeraies antillaises à partir de 1972 jusqu’à 1993 pour lutter contre le charançon noir.
La cancérogénicité (classé cancérogène possible dès 1979 par l’OMS) du chlordécone ne fait plus doute depuis longtemps au sein de la communauté scientifique ; c’est une substance neurotoxique, reprotoxique (altère la fertilité) cancérigène et classée dans la catégorie des perturbateurs endocriniens avérés. Dans les années 70 on connaît alors déjà la toxicité du produit.

La problématique de la chlordécone, cette molécule persistante est un enjeu de santé environnementale puisqu’elle touche 9 antillais sur 10 selon Le Monde, mais pas seulement. Cette pollution a aussi indirectement touché les filières agricoles et aquacoles des Antilles. 

La question qui se pose aujourd’hui est, comment protéger les habitants de cette pollution ? Depuis le 19 novembre 2020 le plan Chlordécone IV est lancé, il consiste en une consultation publique en ligne sur 4 semaines et 92 millions d’euros investis sur 6 ans à partir de janvier 2021.

Dans le roman graphique Tropiques Toxiques, le scandale du chlordécone (Steinkis éditions), on suit l’investigation sur la chlordécone de Jessica Oublié, elle retrace à la fois l’histoire, les prémices de l’usage de la chlordécone et la situation complexe de cette contamination qui touche la grande majorité des antillais. Pour cela, elle rencontre des scientifiques qui l’éclairent sur le sujet et des acteurs de la société civile qui vivent chacun à leur façon avec cette pollution. 

14h38
Le reportage de la TAC
Le reportage de la terre au carré
Le reportage de la terre au carré du vendredi 11 décembre 2020
Exporter
Programmation musicale
L'équipe