Depuis que la révolution industrielle a proposé aux humains de réaliser leur existence dans le confort personnel, ce monde a considéré que la question du sens était superflue. Mais aujourd’hui, dans un monde de plus en plus incertain, où l'être humain a perdu de vue le sens, son cortex tire la sonnette d'alarme.

Notre besoin de sens peut-il vaincre le déni écologique ?
Notre besoin de sens peut-il vaincre le déni écologique ? © Getty / Viaframe

En offrant le confort et la technologie au plus grand nombre, nous avons réussi à mettre en sourdine notre besoin de sens, ces nouvelles technologies nous permettant de prédire et de contrôler efficacement nos besoins essentiels…. 

Notre civilisation occidentale a cru pouvoir vivre sans sens, comme si le sens n’était pas nécessaire pour vivre une existence pleine et heureuse. Mais c’est une erreur fondamentale, car notre besoin de sens est ancré au plus profond de notre cerveau. 

Après avoir décrit dans son best-seller Le Bug humain la façon dont nos mécanismes cérébraux primitifs nous poussent à détruire notre planète, Sébastien Bolher nous invite à découvrir un centre nerveux appelé cortex cingulaire qui nous pousse sans relâche à chercher du sens à nos existences. 

Cette quête peut nous détourner de la croissance aveugle qui prépare notre perte. 

Il s’agit de rééquilibrer notre cerveau en donnant la priorité à ce cortex cingulaire pour fonder une société basée sur la cohérence, la signification et le lien, qui nous motivera à moins produire et à ne plus consommer inutilement.

Retrouver le sens pourra-t-il permettre de sortir du déni  écologique ? 

Les invités
  • Sébastien BohlerDocteur en neurosciences et rédacteur en chef de la revue "Cerveau et Psycho".
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Thèmes associés