Au menu du Club de la Terre au Carré : l'actualité du noyau interne de la Terre, une étude pour comprendre la structure sociale et l'évolution d'une population de cachalots, la mauvaise réputation de certaines plantes.

Une population de cachalots vit au large de l'ïle Maurice
Une population de cachalots vit au large de l'ïle Maurice © Getty / wildestanimal

Une nouvelle couche dans le noyau interne de la Terre ? Avec la sismologue Stéphanie Durand. 

Pendant longtemps on a pensé que le noyau de la Terre était formé d’un noyau liquide autour d’une boule de fer solide. Depuis quelques années, les scientifiques faisaient des observations qui semblaient indiquer que la structure de la graine serait plus complexe qu’on ne le pensait. Grâce à une nouvelle approche méthodologique sur les données, des chercheurs de l'Université nationale australienne (ANU) confirment l'existence d’un «noyau interne profond» dans la structure de notre planète, ce qui pourrait pousser à revoir l’histoire de la formation de la Terre. La Terre pourrait avoir plus de couches que les scientifiques ne le pensaient.... 

Etude publiée le 7 décembre 2020 dans Journal of Geophysical Research: Solid Earth.

Stéphanie Durand est sismologue, chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire de géologie de Lyon. 

Depuis 2013, l'océanographe François Sarano coordonne l'étude d'une population de cachalots qui vit au large de l'île Maurice. 

C’est le clan d’Irene Gueule Tordue , composé de  Claire, Eliot, Zoé, Emy, Vanessa, Tache blanche, Germine,  que l'océanographe suit depuis une dizaine d'années. 

Cette étude  vise à mieux comprendre la structure sociale et l'évolution de la population s'appuie essentiellement sur l'observation sous-marine d'un clan de cachalots.    Deux articles viennent d’être publiés,  le premier  autour des liens de parenté de ce clan de cachalots et le deuxième sur les échanges sonores entre individus au sein de ce même clan . Cette étude unique au monde sur un clan bien défini  permet de poser les bases d’un suivi et de l’évolution d’un clan de cachalots. La méthode de travail est aussi particulière car on plonge pour observer le clan.   L' étude génétique est également singulière   grâce aux peaux perdues (et non  prélevées)  par les animaux identifiés  . De plus,  le petit bout de peau qui se détache est  filmé pour s’assurer de l’appartenance de l’échantillon. Le deuxième article relate la méthode d'enregistrement des émissions sonores sous-marines.  Hervé Glotin et son équipe ont mis au point un enregistreur avec 5 microphones et caméras.    C’est très précis et ça permet d’attribuer à chaque cachalot son émission sonore.  Le relevé de ces émissions sonores  aident à comprendre les comportements ainsi qu' à analyser les signatures individuelles  comme  « le clic balise » qui est un appel à un jeune venant d’une mère pour lui demander de revenir. 

avec François Sarano océanographe, plongeur, et  fondateur l'association Longitude 181. Il a été  conseiller scientifique sur la Calypso aux côtés du Commandant Cousteau et conseiller scientifique et coscénariste du film  Océans  de Jacques Perrin. « Le retour de Moby Dick » ed Actes Sud

Histoires des plantes piquantes, urticantes et même mortelles !

Urticantes, piquantes, irritantes, mortelles, certaines plantes ont de mauvaises réputations, et à raison...mais elles sont tout aussi importantes pour les propriétés médicinales qu’elles ont à offrir à l’Homme.  

L’autrice nous avertit, les plantes n’ont aucune mauvaise intention envers l’Homme, elles ont développé des stratégies pour se défendre et survivre dans des milieux parfois hostiles où contrairement aux animaux, elles ne peuvent pas s’enfuir. Il est important de bien connaître les plantes des milieux naturels que l’on côtoie pour éviter tout accident irrémédiable ! 

Les plantes toxiques fabriquent des substances qui leur permettent d’éloigner leurs prédateurs. La plante élabore ainsi ce que l’on appelle des “métabolites secondaires” : dont les terpénoïdes, les phénoliques et les alcaloïdes... nous explique l'autrice Katia Astafieff. 

Katia Astafieff, autrice et vulgarisatrice, biologiste de formation, travaille au jardin botanique de Nancy elle est auteure de “Mauvaises graines, la surprenante histoire des plantes qui piquent, qui brulent et qui tuent !” à Dunod Editions

Les invités
Programmation musicale
L'équipe