Qui sont ces microbes qui nous veulent du bien ? Il s'agit de nos microbiotes, ces communautés bactériennes et microbiennes qui nous accompagnent et qui sont à l'œuvre pour le bon fonctionnement de notre corps et de notre santé. Cette écologie intérieure est au cœur des réflexions sur la médecine de demain.

Microbiote intestinal
Microbiote intestinal © Getty / CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Qu'est-ce que le microbiote ? 

On définira le microbiote comme l’ensemble des populations de micro-organismes (les bactéries et les autres, champignons, levures, virus, archées) vivant dans un environnement donné (intestin, peau, bouche, poumons, vagin..).

Le microbiote c’est prendre en compte tous les microbes dans leur entièreté, présents dans un site donné, dans un écosystème donné. C'est l’idée qu’au niveau de chaque organe on a des microbes ultra spécialisés et chaque microbe a un rôle bien précis pour chaque organe 

- La professeure et bactériologue Geneviève Héry-Arnaud

Le microbiote correspond donc à notre écologie intérieure, une écologie microbienne. Aujourd'hui on parvient à définir "des" microbiotes, le microbiote intestinal (le plus documenté et le plus connu), le microbiote buccodentaire, le microbiote cutané, pulmonaire (plus récent dans son acception) et vaginal. 

L'étude de ces microbiotes participent à la façon d'envisager la médecine personnalisée du 21e siècle, mais aussi de réintroduire la notion de prévention dans la santé en anticipant via le microbiote la survenue de maladies.

Nos microbiotes représentent une population que l’on estime actuellement à environ 30 000 milliards de bactéries, soit l’équivalent du nombre de cellules humaines pour une individu adulte. Au total, près de 46 millions de gènes microbiens différents ont été décomptés, dont la moitié est propre à chaque individu. 

De la vie primitive à notre microbiote 

Pour rappel, les archées, les procaryotes et les bactéries sont les plus anciens organismes ayant vécu sur la Terre. La force des bactéries est de se multiplier très rapidement, de s’adapter aux évolutions de la planète mais aussi de prendre part au changement. Elles ont notamment favorisé le développement de la vie végétale et aquatique avec l’oxygène produit par le métabolisme des cyanobactéries qui ont favorisés le développement des bactéries aérobies. 

L’auteure nous rappelle que cette interaction entre la Terre et sa population bactérienne est peut-être le premier exemple notable d’une symbiose, une coopération favorable aux deux partenaires ! 

Ainsi la professeure souhaite élargir le champ de vision que l’on a des microbes et déploie une définition de nos microbiotes “les microbiotes nous redessinent ainsi une seconde anatomie, “notre anatomie microbienne”, que l’écologie microbienne va disséquer en autant d’écosystèmes qu’il y a d’organes associés étroitement à des populations microbiennes spécifiques.”

On en parle avec 

La professeure Geneviève Héry-Arnaud, bactériologue, elle travaille à l’hôpital de Brest, elle dirige de laboratoire de bactériologie Microbiota et est dans une unité INSERM qui travaille sur les maladies génétiques en particulier la mucoviscidose. 

Autrice de Ces microbes qui nous veulent du bien. Une bactériologue explore notre univers microbien (chez Humensciences)

Les invités
Programmation musicale
L'équipe