Selon Razmig Keucheyan les besoins artificiels créés par le capitalisme sont toujours nouveaux et ont un caractère nocifs pour l’environnement puisqu'ils ne sont pas soutenables. Comment combattre ces besoins artificiels ? La transition écologique pourrait permettre d'engager cette sortie du consumérisme.

Sortir du consumérisme
Sortir du consumérisme © Getty / Tara Moore

Invité du jour

Razmig Keucheyan est sociologue, professeur à l'université de Bordeaux et auteur de l'ouvrage Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme ? (ed. La découverte).

Les besoins sont à la fois ancrés dans la nature et la culture. L'auteur illustre son propos en prenant notamment l'exemple de la pollution lumineuse, une lumière artificielle qui devient nocive pour l'humain et qui crée des pathologies. Comment réévaluer le besoin de cette lumière artificielle et reconsidérer tous nos autres besoins créés par le capitalisme ?

Il ne s'agit pas d'imposer une "dictature des besoins", où il y aurait des besoins à proscrire. D'après Razmig Keucheyan, les changements structurels doivent donc être engagés sans pour autant négliger l'aspect individuel et subjectif afin que tout le monde soit engagé dans une transition écologique qui soit égalitaire. Selon lui, il reste une souveraineté écologique à inventer en articulant l'individuel et le collectif. 

Vos solutions pour la planète

Franck Gaulard est technicien et cocher professionnel au Conservatoire d'espaces naturels d’Occitanie à Toulouse. Il a pour collègue Violette, une mule qui est aussi salariée comme lui du Conservatoire d'espaces naturels d’Occitanie, un duo qu'ils forment depuis 20 ans.
Leur travail consiste à maintenir des milieux ouverts, à éclaircir des parcelles. La traction animale est universelle tout le monde est touché les enfants, les adultes comme les milieux urbains et agricoles. 

Invité découverte

Lila Djeddi est cuisinière humaniste et propose son manifeste pour une petite cuisine engagée dans le livre Cantine vagabonde (Tana Editions). Elle est engagée dans le « bien-manger » et le « mieux consommer »

Elle donne aujourd’hui des ateliers de cuisine, des conseils, des formations en alimentation végétale, bio et autour de l’engagement citoyen en entreprise et auprès des particuliers. Elle a tenu un restaurant bio « La Cantine vagabonde » dans le 18ème arrondissement de Paris pendant sept ans, et a eu à cœur de proposer dans un quartier populaire de la qualité pour tous et à cuisiner des légumes de saison.

« Ce qui m’intéresse, c’est de transmettre »

Reportages

La série de reportages de La Terre au Carré, signée Antoine Ly
Les mal-aimés de l'écologie

 ►►► Episode 4 : Romain Davodet, marin-pêcheur

Pour participer  

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC et @LaTacfi sur Twitter, et au 01 45 24 7000, nos invités répondent en direct à vos interrogations.
►►► Envoyez-nous via les réseaux sociaux et par mail vos initiatives et vos projets pour l'environnement.

Les invités
Programmation musicale
  • BATLIKL'art de la defaite (radio edit)2019
  • REX ORANGE COUNTY
    REX ORANGE COUNTY10/102019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.