Retour sur l'histoire de la panspermie, qui postule que la vie a pu être apportée sur terre et transmise de planète en planète, passage au crible des hypothèses les plus fantaisistes, et état des lieux des apports de l'exobiologie.

La Covid-19 viendrait-elle de l’espace ? Cette théorie, tout au plus amusante, n’a pas manqué d’être réfutée par les scientifiques, pour être finalement reléguée dans la catégorie des infoxs. 

Mais ce n’est pas la première fois qu’on impute l’apparition d’épidémie à une origine extraterrestre... Et cela relève de la panspermie, qui pourrait, plus largement, expliquer le grand mystère de l’apparition de la vie sur notre planète. Selon cette théorie, « la vie serait née ailleurs et, via des météorites, se transmettrait de planète en planète, voire de système planétaire en système planétaire » résume l’astrophysicienne belge Yaël Nazé dans un article paru dans La Recherche, extrait d'un chapitre du livre "Astronomie de l'étrange" à paraître au printemps 2021. La transmission, quant à elle, se ferait par des micro-organismes. Une thèse bien pratique mais tout de même fantaisiste. D’où vient-elle, comment sévit-elle encore, et qui sont ses fervents défenseurs ? 

Pour autant, l’exploration planétaire dans les années 60 a également ouvert un nouveau champ de recherche interdisciplinaire : l’exobiologie. Et cette dernière pose des questions pas tout à fait similaires, à savoir : "comment la vie est-elle apparue?" et "quand?".

A l’inverse de la panspermie qui guette l’apport sur Terre d’organismes vivants comme les bactéries, l’ « exobiologie s’intéresse à l’apport de molécules organiques, par les météorites ou les comètes, qui mélangées aux océans liquides de notre planète auraient pu évoluer vers la vie. Cet apport aurait pu avoir lieu quand la terre a été bombardée de météorites, en particulier au tout début de son histoire », explique Hervé Cottin, professeur d’astrochimie et Président de la Société Française d'Exobiologie.

Les invités
  • Yaël Nazéastrophysicienne FNRS, au sein du Groupe d’Astrophysique des Hautes Energies(GAPHE) de l’Institut d’Astrophysique et de Géophysique de l’Université de Liège
  • Hervé CottinAstrochimiste
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.