Des tribunes publiées dans Le Monde à l'initiative de la communauté scientifique et associative rappellent l'importance des haies dans le paysage agricole français. Au total, 70 % des haies en France ont disparu en 50 ans, ce qui représente plus de 700 000 km de haies arrachées.

Sauvons les haies, refuge de la biodiversité
Sauvons les haies, refuge de la biodiversité © Getty / Volker Schlichting / EyeEm

Sans les haies, nos campagnes se meurent. Les oiseaux disparaissent, les cours d’eau s’assèchent, les sols sont de moins en moins fertiles...

C'est un signal d'alarme que tirent  les communautés scientifiques et associatives face à la disparition des haies à travers  deux tribunes publiées dans le journal Le Monde, l'une "Sans les haies, nos campagnes se meurent" et l'autre "Climat et biodiversité : Les petits pas de la politique agricole commune ne suffisent plus". 

Au total, 70 % des haies en France ont disparu en 50 ans

Ce qui représente plus de 700 000 km de haies arrachées, soit l’équivalent de 1.4 aller-retour Terre-Lune ! Sylvie Monier est agronome, directrice de l’association Mission « Haies Auvergne Rhône Alpes et Françoise Burel est écologue du paysage CNRS/Université de Rennes  au laboratoire Ecobio et médaille d’argent du CNRS 2009. Elles réclament un devoir de réparation pour les haies car chaque année, plus de 11 500 kilomètres de haies disparaissent encore des paysages, alors même qu’elles constituent l’une des réponses les plus immédiates et pertinentes pour faire face à la crise. 

Planter des haies : une solution durable pour une meilleure culture et un bénéfice écologique certain

Les haies, autrement nommées « bocage » ou « arbres hors forêts », jouent de multiples rôles environnementaux. Elles jouent un rôle de brise-vent important, elles préservent les ressources en eau. Les haies implantées dans les pentes fonctionnent comme des éponges : elles ralentissent le ruissellement des pluies, facilitent l’infiltration de l’eau dans le sol et stockent l’eau, elles luttent contre l’érosion des sols. 

Sources de biodiversité

De nombreux animaux vivent dans les haies ou circulent le long de celles-ci pour se déplacer dans la nature (on parle alors de corridor biologique). Le bocage est un milieu corridor par excellence, à la fois pour des espèces forestières et pour des espèces de milieux ouverts. Ses caractéristiques, à savoir la structure des talus et des haies, la densité de son maillage et la diversité du paysage, jouent plus ou moins sur l’effet de corridor, de filtre ou de barrière. Là où le bocage est dense, la faune peut a priori se déplacer plus facilement. Et les haies contribuent à l’identité de paysages ruraux variés.

Avec

Sylvie Monier, agronome, directrice de l’association Mission « Haies Auvergne Rhône Alpes »

Francoise Burel, écologue du paysage CNRS Université de Rennes  au laboratoire Ecobio Rennes  et médaille d’argent du CNRS 2009

Programmation musicale
L'équipe