Au programme du club de la Terre au carré, nous partons reforester l'Amazonie avec l'ONG Instituto Terra et le photographe Sebastiao Salgado, on se rend sur le front des forêts françaises avec Hugo Clément et on part en expédition dans l'océan Austral à bord du Polar Pod.

Vue aérienne en Amazonie montrant une partie d'une zone déforestée causée par l’expansion des zones agricoles
Vue aérienne en Amazonie montrant une partie d'une zone déforestée causée par l’expansion des zones agricoles © Getty / Lucas Ninno

Reboiser la forêt Amazonienne et la forêt Atlantique avec Sebastiao Salgado  

Le photographe Sebastiao Salgado anime une campagne lancée par l’ONG Instituto Terra pour soutenir le reboisement de la forêt amazonienne en grand péril avec un clip très végétal et une chanson inédite “Refloresta” portée par l’emblématique Gilberto Gil (une chanson qui fait référence à Refazenda un classique de 1975 du chanteur).  

Qu’est-ce que la forêt Atlantique ou Mata Atlantica ? 

C’est un havre de biodiversité, elle abrite des écosystèmes tels que des mangroves, “les manguezais”, les “restingas” (plantes rampantes dispersées le long des plages...), des “forêts de basses altitudes”, qui sont des écosystèmes menacés par l’expansion humaine et le développement des bananeraies. Sebastiao Salago y est né, il explique notamment qu’elle n’a plus rien avoir avec celle de son enfance et que la forêt Amazonienne prend le même chemin en termes de dégradation.

La pépinière de Instituto Terra est l’une des plus importantes du Brésil pour la production d’espèces endémiques à la Forêt Atlantique. La capacité de production annuelle est de 1 million de plants de plus de 100 espèces différentes. A ce jour 6 millions de plants produits par la pépinière ont reforesté 50.000 hectares d’une des régions les plus dégradées écologiquement, la Vallée du Rio Doce.

Sur le Front des forêts françaises

Hugo Clément, journaliste pour sur le Front des forêts françaises (diffusé dimanche 21 mars à partir de 20h50 sur france5)

On retrouve Hugo Clément sur le front des forêts françaises avec une galerie de personnages, qui tous à leur façon sont défenseurs de la forêt. On pourra rencontrer Lucienne pionnière dans la protection des forêts, qu’elle achète avec des habitants et lutte contre les plantations de pins Douglas ou encore le bûcheron Mathias qui prend soin de ne pas détruire la forêt en sélectionnant soigneusement les arbres à couper. On suivra les bénévoles du réseau Canopée qui luttent contre les coupes rases et on s'intéressera aux raisons pour lesquelles les forêts connaissent un dépérissement. 

Avec Marie-Claire Pierret, chercheure à l’Université de Strasbourg, géochimiste et responsable de l'OHGE (Observatoire Hydro-Géochimique de l’Environnement).

Polar Pod, un rêve qui devient réalité, à l'assaut de l'océan Austral 

Polar Pod est décrit comme étant à la croisée d’une plateforme océanographique et d’un phare dérivant. 

C'est donc une plateforme océanographique dérivante, digne d'un vaisseau tiré de l'œuvre de Jules Vernes, d’une centaine de mètres de hauteur avec un lest (de 150 tonnes) plongé dans les eaux stables . Extrêmement stable, il est composé de treillis en acier (l’eau passe à travers) et en haut, d’une nacelle habitable. Il accueillera à son bord 8 personnes (scientifiques et marins) qui se relaieront tous les deux mois. Le départ de l'expédition est prévue pour fin 2023.

Sans moteur donc il va être entraîné par le Courant Circumpolaire Antarctique le plus puissant de la planète et réalisera deux fois le tour.

Au-delà de la prouesse technique, ce sont de véritables enjeux scientifiques et pédagogiques qui se jouent dans cet océan Austral à bord de Polar Pod.

On en parle avec Séverine Alvain, chargée de recherche au CNRS et chargée de médiation scientifique.

Programmation musicale
L'équipe