L'écologiste britannique et initiateur du mouvement « Villes en transition » livre un plaidoyer en faveur de l'imagination pour actionner les changements.

Et si on imaginait une ville plus humaine et plus verte ? (Photo d'illustration : Hudson Yards, New York City, USA)
Et si on imaginait une ville plus humaine et plus verte ? (Photo d'illustration : Hudson Yards, New York City, USA) © Getty / Alexander Spatari

Comme un jeu d’enfant – avec notre âme enfouie de gamin – Rob Hopkins nous invite à nous poser plus souvent des questions commençant par : "Et si…". Pour réinventer le présent, imaginer l’avenir… et ré-enchanter le monde. Exemples : 

Et si… le pouvoir de changer le cours des choses en profondeur était entre nos mains ? Et si… en réalité, nous avions à disposition, sans en avoir vraiment conscience, un des outils les plus puissants qui existent ? Et si… en plus, on se mettait ensemble pour y arriver ?

Cet outil à notre disposition, c’est l’imagination, que le philosophe américain John Dewey définissait comme la possibilité de regarder les choses comme si elles pouvaient être autres. Un moyen, pour Rob Hopkins, d’envisager un autre monde plus en cohérence avec nos aspirations et les besoins de nos sociétés.

Son livre Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? (Actes Sud), paru en juin 2020, est à la fois un inventaire de solutions concrètes, d’initiatives pour transformer la ville, l’école, la politique, et un manuel pour regarder le monde autrement… et agir ! «Ce livre a le pouvoir de réveiller votre enthousiasme, votre énergie, votre créativité, en réveillant votre imagination », résume le réalisateur Cyril Dion, qui a signé la préface. 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.