Dans son dernier rapport Planète Vivante 2020, le WWF s'appuie sur l'Indice Planète Vivante, calculé par la Société Zoologique de Londres, et alerte sur la santé de notre planète et l'impact de l'activité humaine.

Isabelle Autissier, présidente de WWF
Isabelle Autissier, présidente de WWF © Getty

Comme tous les deux ans depuis 1998, le WWF publie son rapport Planète Vivante pour suivre l'état de nos écosystèmes. Cette année, l'Ong alerte sur l'érosion de la nature ainsi que sur les activités humaines principales causes de destruction de la biodiversité.

C'est un état des lieux alarmant que le WWF souligne dans son rapport Planète Vivante 2020. Ce rapport est fondé sur l'Indice planète vivante (IPV), calculé par la Société de Londres. Il mesure l'abondance des populations mondiales de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens, reptiles) calculée à partir de milliers de données sur le suivi scientifique de 21 000 populations de 4 000 espèces de vertébrés  sauvages .  Et les nouvelles ne sont pas bonnes car cet indicateur a dégringolé et chute encore. On enregistre un déclin de  68% des populations de vertébrés sauvages étudiées entre 1970 et 2016. La vitesse du déclin a certes un peu ralenti en Europe et en Amérique du Nord ,  mais ce n'est hélas pas le cas en Amérique centrale et du sud où les populations de vertébrées étudiées ont chuté de 94% entre 1970 et 2016.

La première cause directe de perte de biodiversité, est la destruction des habitats qui s'explique surtout par la conversion d'habitats vierges et le changement d'utilisation des terres pour l'agriculture industrielle. Et cette dégradation concerne aussi les océans. Pouvons nous inverser la tendance? 

avec Isabelle Autissier, présidente de WWF autour du rapportPlanète Vivante 2020

Les invités
  • Isabelle AutissierNavigatrice, Présidente de la branche française du World Wide Fund for Nature(WWF), animatrice radio
Programmation musicale
  • Andrea Laszlo De SimoneChapter II : La nostra fine2020
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.