L'huile de palme est bon marché. Elle a permis de remplacer les acides gras et les produits d’origine animale, ses fruits poussent toute l’année. Les industriels l’ont donc adoptée.

Plantation pour la production d'huile de palme
Plantation pour la production d'huile de palme © Getty / simonlong

Invité du jour

Avec Pierre-Marie Aubert, chercheur en politiques agricoles et alimentaires à l'IDDRI, l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales, auteur d’une étude pour l’IDDRI sur la durabilité de l’huile de palme.

Il y a trois usages de l’huile de palme :

  • Alimentation (biscuits, pâte à tartiner, céréales)
  • Cosmétique, produits d’entretien (shampoing, savon, rouge à lèvres)
  • Biocarburants (50% de l’utilisation d’huile de palme en Europe)

53% de l’huile de palme importée dans l’UE sert à la fabrication de biocarburants (76% en France). C’est très différent à l’échelle mondiale : 28% pour les biocarburants et 69% pour l’industrie agroalimentaire. Chaque Français en consomme 2,8 grammes par jour en moyenne.

Sa production a été multipliée par cinq depuis 1995. A cause d’elle, des forêts partent en fumée sur les îles d’Indonésie et de Malaisie, d’où provient 71 % de l’huile de palme mondiale. Cette déforestation émet du CO2 et menace 193 espèces animales.

Pour aller plus loin :

Vos solutions pour la planète

Yann Cuenot est Chargé de mission Education – Animation au Conservatoire d'espaces naturels Nord et du Pas-de-Calais pour le projet « Aire naturelle de Cambrin : quand les enfants deviennent gestionnaires d’un patrimoine naturel communal ».

Le projet est un outil pour l’éducation à la nature qui permet de reconnecter les citoyens à leurs milieux naturels proches, à la biodiversité qui les entoure. Ce lien entre l'Homme et la Nature est souvent distendu, voire coupé. Le Conservatoire s'est toujours fixé comme mission prioritaire de faire de l'éducation à la nature dans la nature avec des enfants.

Invité découverte

Alexia Barrier est navigatrice, présidente et fondatrice de l’association « 4 My Planet ». Elle est auteure de « Planète océan en solitaire » aux éditions du Rocher.

Elle navigue depuis son plus jeune âge. Monitrice de voile à 15 ans, elle travaille dans les industries du yachting comme co-skipper ou marin tout en poursuivant ses études en management du sport à l’UFR-STAPS de Nice. Elle devient navigatrice professionnelle, régatière de niveau mondial en Match Racing et se lance dans les courses au large en solitaire.

En 2009 elle crée l’association « 4myplanet » et devient la première femme à tenter un tour du monde en solitaire au profit de la science. Aujourd’hui Alexia est engagée dans le championnat IMOCA Globe series avec en ligne de mire le Vendée Globe 2020 autour du projet de « 4myplanet ».

Reportages

La série de reportages de la Terre au Carré, signée Giv Anquetil

Australie, quand la maison brûle

►►► Episode 1 : l’Australie à l’ère des méga-feux

Pour participer

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC, @LaTacfi sur Twitter, et @laterreaucarre sur Instagram et au 01 45 24 7000, nos invités répondent en direct à vos interrogations.                    

►►► Envoyez-nous via les réseaux sociaux et par mail vos initiatives et vos projets pour l'environnement
 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.