L’histoire humaine est une odyssée retracée grâce à l’ADN. Cette aventure est celle d’une espèce humaine qui foulait le sol africain il y a encore 7 millions d’années.

L'histoire de l'humanité racontée par les gènes. Couverture du livre de Evelyne Heyer "L’odyssée des gènes. 7 millions d’années d’histoire de l’humanité révélées par l’ADN" (Editions Flammarion)
L'histoire de l'humanité racontée par les gènes. Couverture du livre de Evelyne Heyer "L’odyssée des gènes. 7 millions d’années d’histoire de l’humanité révélées par l’ADN" (Editions Flammarion) © Flammarion

Grace à l’ADN on peut  analyser notre histoire humaine. L’ADN peut apporter des informations sur les étapes et les différents parcours de nos ancêtres : la sortie d’Afrique, le néolithique avec la domestication et la forte démographie liées à cette période, le peuplement de l'Australie, Neandertal ou Denisova ...

Evelyne Heyer est professeure en anthropologie génétique au Muséum national d’histoire naturelle  et  Musée de l’Homme et auteure du livre » L’odyssée des gènes. 7 millions d’années d’histoire de l’humanité révélées par l’ADN » Ed Flammarion. Son métier passion consiste à explorer l’Histoire des hommes en se basant sur l’ADN . Cette quête en Asie, en Afrique ou au Québec permet de répondre aux nombreuses questions sur le peuplement de notre planète : comment une poignée  de sapiens errant dans la savane, l’espèce humaine est devenue espèce dominante, quels itinéraires à partir du berceau africain nos ancêtres ont-ils pris ? à quel point notre génome s’est-il modifié pour répondre et faire face aux défis des nouveaux climats et géographies ? Nous sommes aujourd’hui 7,5 milliards et nous sommes les descendants de cette histoire collective.

Dans cette grande fresque on apprend que 10% des Mongols actuels seraient des descendants de Gengis Kahn, que les "Filles du Roy " sont les aïeules d'un grand nombre de Québécois , et   que les tests  génétiques permettent de  comparer l’ADN des Afro-américains descendants d'esclaves avec les populations africaines contemporaines :  30% de l’ascendance afro américaine relève de l’Afrique centrale, 70% de l’Afrique de l’Ouest dont 50 % du Golfe du Bénin et 4,8% des populations pygmées . Outre l’Afrique,  il y a aussi des ancêtres européens . Il n’est pas rare que les Blancs américains possèdent dans leur génome l’empreinte d’ancêtres africains : Craig Cobb, suprémaciste blanc  s’est découvert 14% de son génome d’origine africaine et cela en direct à la télévision!

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.