Si l'enjeu des villes de demain est de répondre aux défis environnementaux, verdir la ville ne suffit pas. Penser la biodiversité urbaine permet d'envisager la nature en ville de façon systémique. Il s'agit désormais de travailler sur l'organisation du vivant, du non bâti, pour vraiment accéder à de la nature en ville.

Nature en ville, à Paris
Nature en ville, à Paris © Getty / Sven Frech / EyeEm

Après avoir fait le constat que végétaliser la ville est essentiel pour répondre aux enjeux climatiques de demain, au bien-être du citoyen, au bon fonctionnement urbain mais aussi à la bonne santé de l’environnement, il est important d’affirmer que pour concrétiser cette ambition verdir ne suffit pas. Philippe Clergeau promeut de la biodiversité en ville et un nouvel urbanisme écosystémique qui s’appuie sur les relations entre les systèmes écologiques. Emeline Bailly urbaniste s’intéresse à la qualité des lieux, leurs ambiances, mais aussi à l’intérêt d’éveiller le sensible dans la ville pour prendre soin de cette biodiversité. 

“L’urbanisme est une discipline complexe. La considération de la biodiversité ajoute une nouvelle strate : la dynamique du vivant.” Explique Philippe Clergeau dans son avant-propos pour Biodiversité urbaine - Pour une ville vivante 

On en parle avec 

Philippe Clergeau, professeur au Museum d’histoire naturelle anime une équipe de recherche au Museum sur la biodiversité humaine et sur l’écologie de la ville il est consultant auprès de collectivités, avec les urbanistes. 

auteur de Urbanisme et biodiversité, Vers un paysage vivant structurant le projet urbain. Sous la direction de Philippe Clergeau. Editions Apogée 

Emeline Bailly, chercheure en urbanisme au centre scientifique et technique du bâtiment 

Co-autrice de Biodiversité urbaine - Pour une ville vivante Avant-propos de Philippe Clergeau 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.