C’est une découverte majeure qui a récemment eu lieu : les cachalots pratiquent une chasse collaborative grâce à leur intelligence collective. Le rapport de plusieurs scientifiques, dont le professeur et chercheur Hervé Glotin à ce micro, le démontre. Quelle est donc leur méthode de chasse ? Comment communiquent-ils ?

Les cachalots
Les cachalots © Getty

Un homme de biologie et de son : le bioacousticien Hervé Glotin

Il a tout d’abord un parcours singulier, ce professeur et chercheur en laboratoire d’informatique et de systèmes de l’Université de Toulon et du CNRS.

En effet, Hervé Glotin est à l’origine professeur d’informatique. Puis il s’intéresse à l’intelligence artificielle du signal acoustique. Et c’est là qu’intervient cette science singulière qui combine biologie et acoustique : la bioacoustique, autrement dit l’étude de la production, de la réception et de l’interprétation des sons humains et animaux. L’informaticien acquiert alors un double-langage, celui des sciences et de la communication entre espèces animales. 

Une découverte majeure : chasse collaborative et intelligence collective des cachalots

Au cours de l’année 2019-2020, Hervé Glotin et ses collègues scientifiques ont participé à la « mission Sphyrna Odyssey » qui avait pour but d’analyser le comportement acoustique des cétacés et de l’environnement sous-marin dans lequel ils résident. Du sanctuaire des cétacés Pelagos au Golfe du Lion en passant par Majorque, les scientifiques utilisent des systèmes hydrophoniques et un drone acoustique pour plonger en mer aux côtés des mammifères marins et les observer en surface. 

C’est au cours de ces expériences pour sonder la biodiversité des abysses et au gré des méthodes d’écholocalisation que l’équipe fait une découverte exceptionnelle : les cachalots chasseraient en groupe ! Chaque individu distant de plusieurs mètres se repèrent, collaborent et se déplacent de manière synchrone pour se nourrir et transmettre aux plus jeunes leur méthode. Les scientifiques relèvent alors des propriétés acoustiques inédites : intelligence collective et communication au cœur de la chasse effectuée par les cachalots.  

Les cachalots : une espèce vulnérable à la pollution sonore

Si les cachalots disposent d’un « super-sonar » pour se regrouper et chasser collectivement, leur sensibilité sonore est toutefois vulnérable en raison des diverses nuisances provoquées par les activités humaines.

Le présent rapport « Mission Sphyrna Odyssey - Découvertes Ethoacoustiques de Chasses Collaboratives de Cachalots en Abysse & Impacts en Mer du Confinement COVID19 » expose les effet du confinement sur cette espèce, avec une réduction certes de la pollution liée aux hydrocarbures mais aussi une réduction des accidents (amputations) et de la mortalité de ces mammifères

Bateaux, plaisanciers, parcs éoliens déstabilisent leurs sonars — et de fait leurs processus de communication, de chasse et de reproduction —, engendre la surdité, provoque des accidents voire la mort… Des solutions existent pourtant dans le but de diminuer ce « brouillard sonore » qui avait disparu durant le confinement : réduire la vitesse des bateaux, équiper ces derniers d’instruments de mesure sur leurs émissions sonores, mettre en place des barrières de bulles protectrices pour absorber les décibels, etc.

Pour écouter les sons c'est par ici : https://sabiod.lis-lab.fr/pub/SPHYRNA/radio/20201029_FranceInter_TerreauCarre_Glotin_1h/

Les invités
  • Hervé GlotinProfesseur et chercheur en laboratoire d’informatique et de systèmes de l’Université de Toulon et du CNRS.
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.