Faire de la Loire un sujet de droit lui permettrait de se défendre en justice contre les usages humains du fleuve qui ne respectent pas son intégrité et sa santé.

Vue aérienne de la Vallée de la Loire autour de la ville de Amboise dans le département de L'indre-et-Loire
Vue aérienne de la Vallée de la Loire autour de la ville de Amboise dans le département de L'indre-et-Loire © AFP / CORMON FRANCIS / HEMIS.FR

La Loire est le dernier fleuve naturel d’Europe

Pour la première fois en Europe, le fleuve se voit offrir la possibilité de défendre ses intérêts à travers un mode de représentation inédit.

Face aux bouleversements climatiques, aux menaces anthropiques qui affectent le paysage et l’écosystème du fleuve, Camille de Toledo a proposé de réunir une commission pluridisciplinaire et de conduire une série d’auditions publiques d’octobre 2019 à décembre 2020  sous l’impulsion du POLAU (Pôle arts & urbanisme), une structure mêlant création artistique et réflexion sur l’urbanisme, basée en Val de Loire. 

L’idée était d’imaginer un dispositif dans lequel les entités de la nature seraient représentées. 

Imaginé comme un processus constituant pour la création d’un parlement du fleuve, l'expérience du parlement de Loire vise à définir les formes et fonctionnements d’un parlement pour une entité non-humaine (La Loire), où la faune, la flore et les différents composants matériels et immatériels seraient représentés. 

Camille de Toledo, qui publieLe fleuve qui voulait écrire aux éditions Les Liens qui Libèrent, nous raconte le processus de ces auditions originales qui ont fait dialoguer des archéologues, sociologues, anthropologues, philosophes, chercheurs, artistes, architectes, urbanistes… 

Accorder la personnalité juridique à un fleuve n’est pas une nouveauté

En 2017, le Parlement néo-­zélandais a reconnu la personnalité du fleuve Whanganui, et la Cour constitutionnelle colombienne a fait de même en 2016 avec la rivière Atrato, tout comme la Cour constitutionnelle équatorienne avec le fleuve Vilcabamba en 2011. 

Nous reviendrons sur ces exemples et sur ce qu'implique le fait de reconnaitre des sujets de la nature comme sujets de droit, avec Valérie Cabanes, juriste spécialisée dans l reconnaissance de l'écocide. 

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe