Selon un sondage IPSOS de 2017, seuls 19 % des Français sont favorables à la chasse, tandis que la grande majorité la juge dangereuse, cruelle pour les animaux et d’un autre âge. Pourquoi la chasse perdure-t-elle ? Qui sont les chasseurs ?

Qui sont les chasseurs ?
Qui sont les chasseurs ? © Getty / Robb Reece

Dans un contexte de crise de la biodiversité, la chasse est-elle un point d’observation pour interroger nos rapports contradictoires au vivant ?  Les premières enquêtes de Charles Stepanoff ont porté sur le chamanisme à Touva en Sibérie méridionale puis ses travaux se sont ensuite étendus aux rapports à l’environnement à travers la chasse et l’élevage chez les populations de la taïga. À partir de ces enquêtes, il étudie les multiples façons dont les humains établissent des liens et communiquent avec des êtres non humains : divinités, esprits, plantes ou animaux. Depuis 2018, il mène des enquêtes ethnographiques sur les relations aux animaux sauvages et domestiques dans le contexte de la chasse et de l'élevage en France. Il vient de publier « L’animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage » Ed la Découverte. 

La violence anthropique existe partout dans le monde. Il n’est pas de mode de vie humain qui ne déploie autour de lui un certain degré de violence et de destruction sur les milieux qui l’environnent et sur les êtres vivants qui les habitent. Il  n’y  a  pas  d’un  côté  un  Occident  uniformément  dévastateur  et  de  l’autre  des  peuples  indigènes  vivant  en  amitié  avec  la  nature,  mais  différentes  manières  de  concevoir,  de  distribuer  et  d’organiser  la violence  anthropique,  celle  que  toute  existence  humaine  entraîne  dans  son  sillage. Mais L’Occident moderne a inventé un mode d’exercice de la violence anthropique  caractérisé  par  l’articulation  de  deux  formes  originales  de  relation  au  vivant  :  l’une  s’est  appelée  l’amour  de  la  nature,  qui  condamne  et  rejette  la  violence,  et  l’autre  l’exploitation  de  la  nature, qui fait de la violence conquérante un but et une valeur en tant que condition  de  l’abondance  et  du  progrès.

Une ethnographie de la chasse rurale en France. Une enquête d’immersion l' a mené entre 2018 et 2020 aux confins  du  Perche,  de  la  Beauce  et  des  Yvelines  auprès  d’habitants  locaux  pratiquant  des  modes  de  chasse  qu’ils  présentent  eux‑mêmes  comme « paysans » ou appartenant à des équipages de chasse à courre, mais aussi auprès de militants hostiles à la chasse. Une  ethnographie  du  proche,  à  120  kilomètres  de  Paris,  base  d’une comparaison anthropologique sur les modes de vie et les configurations  de  la  modernisation  vécue  par  des  chasseurs  en  France  et  en  Sibérie. Il a rencontré des chasseurs ruraux, des chasseurs paysans, des tireurs et des rabatteurs, des jeunes chasseurs de la classe populaire pratiquant des baptêmes de chasse , des chasseurs élégamment  vêtus  du  costume  du  chasseur  bourgeois  –  chapeau  tyrolien,  culotte  bouffante  et  dague  au  mollet, des  chasseurs du dimanche, des amoureux de la nature et des animaux, des hommes chasseurs  et des femmes chasseresses, des chasseurs lanceurs d'alerte  . C'est une mini société où  existe une  division  sociale  des  tâches  qui régule  le  rapport  à  l’animal.  Alors  que  les  postés  tirent  à  la  carabine  sur  des  animaux  fuyant  à  vive  allure,  les  traqueurs  ne  les  tuent  pas,  sauf  quand  il  leur  incombe  d’achever  un  animal  maladroitement  blessé  par  un  posté. Pourtant, toutes ces personnes  partagent en forêt et dans les prairies  une passion commune. Mais en face de ces chasseurs , il y a des militants anti chasse  qui vont jusqu'à se jetter à l'eau pour sauver un cerf traqué. 

Avec Charles Stépanoff ethnologue, directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale. Il est l’auteur de « L’animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage » Ed la Découverte

Réagir en laissant une note vocale :.Mode d'emploi : téléchargez l'application (gratuite) France Inter si vous ne l'avez pas encore > allez à la page programmes > émission "La Terre au Carré > cliquez sur le bouton "laisser une note vocale". On vous demandera de vous identifier, puis d'enregistrer votre message (que vous pourrez écouter et/ou refaire avant de l'envoyer).

Programmation musicale
  • Silk SonicSkate2021
  • Johan Papaconstantino
    Johan PapaconstantinoTata2021
L'équipe
Thèmes associés