Nouveau grand reportage de Giv Anquetil cette fois en Serbie, où toute une partie de la population s’est mobilisée contre un projet de mine de lithium, censé fournir à l’Europe les batteries pour un million de voitures électriques par an.

Non à la mine, oui à la nature
Non à la mine, oui à la nature © Radio France / Giv Anquetil

Le boom des voitures électriques pour sortir des énergies fossiles attise la spéculation sur le lithium, ce métal alcalin dont le cours a explosé : +482% au cours des douze derniers mois! Conséquence: alors que l’essentiel de la production vient d'Australie, de Chine et de la cordillère des Andes, l'Europe - qui a estimé que ses besoins seront multipliés par 18 d'ici 2030 - veut lancer sa production, comme au Portugal où une première mine-usine est annoncée pour 2026. 

Et donc aussi dans la vallée de Jadar dans l’ouest de la Serbie. 

Balade dans la partie du village où la mine sera creusée : les habitants évacués ont emporté toits, portes et fenêtres.
Balade dans la partie du village où la mine sera creusée : les habitants évacués ont emporté toits, portes et fenêtres. / Giv Anquetil

Sauf qu’ici ce n’est pas dans un désert de sel de l’altiplano bolivien (comme le Salar d’Uyuni) que ce lithium doit être extrait, mais dans des terres agricoles. Si le projet du géant minier australo-britannique Rio Tinto est mis en œuvre, ce sont près de 300km2, 22 villages et 20 000 habitants qui seront balayés par cette méga mine, ses déchets et son usine de traitement.

Les chiffres que relève Zlatko Kokanović, le vaillant vétérinaire du village de Gornje Nedeljice (où doit s’établir la mine), sont effrayants :

« l’exploitation va consommer 1000 tonnes d’acide sulfurique, entre 3 et 7 tonnes d’explosifs par jour, 10 000m3 de gaz par heure et 120 litres d’eau par seconde… »

Zlatko Kokanovic, agriculteur et vétérinaire, nous fait visiter la partie désertée du village de Gornje Nedeljice
Zlatko Kokanovic, agriculteur et vétérinaire, nous fait visiter la partie désertée du village de Gornje Nedeljice / Giv Anquetil

Sans compter les déchets polluants comme l’arsenic et le bore qui menaceront les cours d’eau. 

Et c’est cette perspective qui a soulevé depuis fin Novembre des mobilisations comme on n’en avait plus vu depuis la chute de Milosevic en octobre 2000. Car ce ne sont pas les seuls paysans de la vallée qui se sont mobilisés contre la destruction de leurs terres, mais toute une partie du pays, sur fond de ras-le-bol environnemental, de lutte contre la corruption et le pouvoir sans partage du Président Vučić, avec des dizaines de blocages routiers dans tout le pays. 

Marijana Petkovic habite le village de Gornje Nedeljice, à moitié déserté. Elle se bat dans l’association Ne damo Jadar
Marijana Petkovic habite le village de Gornje Nedeljice, à moitié déserté. Elle se bat dans l’association Ne damo Jadar / Giv Anquetil

Et devant l’ampleur inédite de la protestation à moins de 4 mois d’élections présidentielles, ce dernier a dû se résoudre à abandonner (le 15 décembre dernier) deux lois faites sur-mesure pour le géant minier. La première permettait l’expropriation sous 5 jours et la saisie forcée des biens de toute personne qui bloquerait un “projet d’intérêt national”, et la seconde visait à “désamorcer” le recours au referendum.  

Manifestation le 11 décembre à Belgrade « Rio Tinto dégage de Serbie »
Manifestation le 11 décembre à Belgrade « Rio Tinto dégage de Serbie » / Giv Anquetil

Une semaine plus tard, Rio Tinto annonçait à son tour « suspendre » ses activités en Serbie, le temps de “mieux expliquer” son projet. Mais sans convaincre les manifestants :

« Nous n’avons gagné qu’une bataille. Ces manifs, c’était un genre de bande-annonce. Et si Rio Tinto essaye de faire quoi que ce soit, et bien il pourra voir le film en entier ! »

déclare Savo Manojlović de l’association Kreni Promeni (« Allez changer »), en pointe dans la mobilisation.

Manifestation contre le projet de mine Rio Tinto, à Belgrade le 11 décembre 2021
Manifestation contre le projet de mine Rio Tinto, à Belgrade le 11 décembre 2021 / Giv Anquetil

Depuis, le bras de fer se poursuit, les blocages routiers ont repris ce lundi, promettant aux autorités serbes une seconde manche mouvementée, avec de nouvelles manifestations dans tout le pays samedi 8 janvier. Le lendemain du Noël serbe orthodoxe.

Programmation musicale

Nada Knežević - Kad dodju svinje 

Chiapas & Branko Trijic - Rio Tinto Marš sa Drine

Dragoljub Ljubičić - Rio Tinto, Ajde Marš sa Drine

Traduction : Maja Neskovic

Réalisation : Clément Nouguier

L'équipe
Thèmes associés