Créé en 1816, "Frankenstein ou le Prométhée moderne" de Mary Shelley est considéré comme le premier grand texte sur les créatures artificielles et marque le début d'une réflexion éthique sur le vivant et dans la recherche en général.

Frankenstein dans son laboratoire
Frankenstein dans son laboratoire © Getty / CSA Images/Printstock Collection

"Frankenstein" est  devenu l'icone des créatures artificielles maudites et  certains voient dans ce roman le texte fondateur de la science fiction.  A l'occasion du bicentenaire du roman "Frankenstein ou le Prométhée moderne", monstres, créatures artificielles et robots androïdes dans La Tête au Carré.

Mary Shelley (1797-1851) est l'auteur de "Frankenstein ou le Porméthée moderne" écrit en 1816. Elle était une jeune anglaise érudite, faisant partie d’un groupe de jeunes romantiques, qui liaient des relations illicites et passaient une bonne partie de leur temps à la lecture et aux discussions.  Ce groupe était passionné par les avancées de la science (électricité, automates androïdes et horlogeries suisses) et discutait des découvertes d’Erasmus Darwin (1731-1802) le grand père de Charles. Pour passer le temps, chacun se lance dans l'écriture d'un roman autour de fantômes. Mary, elle, écrit"Frankenstein ou le Porméthée moderne"  un roman qui allait faire date dans l'histoire de la littérature fantastique avec un monstre conçu à partir de cadavres..

Le roman rappelle surtout l’avertissement de Rabelais  : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme." Il propose une réflexion sur les dérives possibles d’une science débridée mais aussi un pamphlet virulent contre la société anglaise en pleine mutation industrielle et sociale.  Les thèmes abordés sont  toujours d'actualité : la place des femmes en science, l'éthique dans la recherche en général et en particulier dans la robotique et la responsabilité du chercheur.

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.