Dans le Club : l'art oratoire avec Bertrand Périer et deux finalistes du concours Ma thèse en 180s, l'exposition " Le merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française" à la BNF avec Fleur Hopkins et une chercheuse qui vient nous parler des virus à moustiques...

Biting mosquito, Culex pipiens, close-up
Biting mosquito, Culex pipiens, close-up © Getty / Westend61

Chaque vendredi, La tête au carré reçoit deux des 16 finalistes de "Ma thèse en 180 secondes". Depuis maintenant 6 ans, le concours lance un défi aux doctorants : expliquer leur sujet de recherche de la façon la plus simple possible, en seulement 3 minutes chrono. Aujourd'hui, nous accueillons Florine Ecale, doctorante au Laboratoire Ecologie et Biologie des Interactions à l'Université de Poitiers, et Eslem Ben Arous, doctorante au Laboratoire de géochronologie du Muséum national d’histoire naturelle. Parrain de l'édition 2019, l'avocat et spécialiste de l'art oratoire Bertrand Périer est également notre invité.

Fleur Hopkins  est chercheuse invitée au département des Sciences et techniques/ BnF pour l'exposition "Le merveilleux-scientifique. Une science-fiction à la française". L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. "Le merveilleux-scientifique. Une science-fiction à la française " du 23 avril  au 25 août 2019 à la BnF

En lien avec l'article qu'elle a signé pour The Conversation, Cécile Beck, vétérinaire et virologiste à l’ANSES, viendra parler avec la journaliste Aline Richard de 2 virus propagés par piqures de moustiques... L'infection au virus West Nile, aussi appelé fièvre Nil occidental, est en effet transmise par les moustiques Culex qui se contaminent en piquant des oiseaux sauvages infectés. Cette pathologie infectieuse susceptible d'infecter l'homme commence à émerger sur le territoire depuis peu et attire l’attention des spécialistes. Beaucoup plus répandu mais moins dangereux pour l’homme les chercheurs surveillent également le virus Usutu également transmis par cette famille de moustiques. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.