Dans le Club de ce vendredi, GRANDMA, un projet d'astronomie participative pour peut être devenir le prochain découvreur de kilonova, signal lumineux lié aux ondes gravitationnelles, les 25 ans du Sidaction et la ré-ouverture du Muséum de Bordeaux

Le menu du Club de La tête au Carré :

Le VIH n'a pas disparu, nous rappelle Florence Thune, directrice générale du Sidaction. Environ 6 400 personnes ont découvert qu’elles étaient infectées par le VIH en 2017 et, pour la moitié d’entre elles, à l’occasion de leur premier test de dépistage. Malgré une prévention qui s’est diversifiée ces dernières années, l’infection par le VIH ne recule plus depuis des années. Comment l'expliquer ? 

Les campagnes  de prévention et l’information sur ces questions sont-elles suffisantes ? Le nombre de porteurs du VIH en France est évalué à environ 172.000, dont 24.000 sont séropositifs sans le savoir. De plus, près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont trop tardives. 

Week end Sidaction du 5 au 7 avril – les 25 ans

Pour faire un don à Sidaction :
- Téléphone: en appelant le 110 (numéro d’appel gratuit)
- Internet:  www.sidaction.org

Le Muséum d'histoire naturelle de Bordeaux a rouvert dimanche au public après dix ans de travaux. Parmi les nouveautés, la grande galerie du 19ème a été entièrement rénovée, et le muséum inaugure une nouvelle salle : le musée des tout-petits.... on en parle avec sa directrice Nathalie Mémoire.

Enfin, nous découvrirons GRANDMA, un projet d'astronomie participative, avec Sarah Antier, astrophysicienne au Laboratoire Astroparticule et Cosmologie de Paris 7 et se consacre à des recherches en astronomie multi-messagers. Lauréate de la bourse L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science 2018 , elle est aussi l' initiatrice du projet GRANDMA qui est une énorme  chasse au trésor pour les astrophysiciens et les astronomes amateurs . 

Avec ses collaborateurs français australiens chinois et américains, elle a monté un réseau mondial de télescopes connectés entre eux pour suivre les alertes d'ondes gravitationnelles et détecter la signature visible d'une kilonova. Elle propose aux astronomes amateurs de rejoindre l'aventure Grandma. Pour cela, il suffit d'avoir un télescope de plus de 20 cm de diamètre et de pointer les galaxies proposées, de poser pour atteindre au moins la magnitude 18 et d'envoyer les images observées sur un serveur dédié pour analyse par les astrophysiciens de GRANDMA. Le but est de trouver la kilonova le plus rapidement possible car le phénomène lumineux ne dure que quelques jours. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.