Les conflits armés affectent et tuent les hommes mais détruisent également le patrimoine culturel et archéologique.

Haraz Mountains, Yemen
Haraz Mountains, Yemen © Getty / Santiago Urquijo Créatif - n° : 596573513 Type de licence :

La guerre est le point commun qui relie les archéologues Gilles Prillaux et Jérémie Schiettecatte. Le premier est archéologue et depuis une trentaine d'années il dirige des fouilles préventives et mène  un important travail sur les vestiges de la Première Guerre mondiale. Les travaux du deuxième portent sur l'archéologie de la péninsule Arabique à la période préislamique mais hélas ce patrimoine yéménite exceptionnel est actuellement bombardé. Comment travailler et fouiller sur des terrains minés? 

Gilles Prilaux est archéologue à l’EPCC Somme Patrimoine, Etablissement public de coopération culturel. Il est aussi l' auteur de « Graffitis et bas-reliefs de la Grande Guerre. Archives souterraine de combattants » avec des photos de  Dominique Bossut (Ed Inrap/Michalon) . Il s’intéresse entre autres à la vie quotidienne des soldats en première ligne et à l’arrière du front . 

Dans la cité souterraine de Naours, il a découvert une importante concentration de graffitis et d’inscriptions militaires (plus de 3000) laissés par les soldats allemands et alliés. Ces souterrains renforçaient et complétaient efficacement les lignes de défense et de protection des lignes de front, offraient des lignes de repli accessibles rapidement. 

C’étaient aussi des camps, des lieux de stockage, de munitions et d’équipements militaires. Les hommes qui ont stationné  dans ces souterrains y ont passé de longs moments et ont laissé des traces de leur passage. IIs ont pu écrire, sculpter sur les parois crayeuses. Tous ces soldats ont produit des œuvres rupestres très diversifiés riches d’enseignement sur l’état d’esprit et le comportement de ces hommes,  une matière première sociologique très originale, un véritable trésor patrimonial hélas en danger car vandalisé et pillé.

Apres la Syrie, l'Irak, l’Afghanistan, le Yémen et sa richesse patrimoniale, l’ancienne Arabie Heureuse des Romains, le berceau de la civilisation arabe, traversée par tant de mythes est elle aussi  ravagée par la guerre. Jérémie Schiettecatte et ses collègues archéologues et historiens spécialistes de la Péninsule arabique alertent et dénoncent la destruction de sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco comme Zadib capital du Yemen du XII e au XV e siècle,  Shibam , « Manhattan du désert » en raison de ces gratte-ciels construits au XVI e siècle, ainsi que la mosquée de Qubat al Mahdi la plus vieille de Sanaa, le barrage de Marib, ancienne capitale du Royaume de Saba, construit au VIIIe siècle avant J.C et site antique majeur de la péninsule arabique, presque entièrement pulvérisé, le musée national de Dhamar qui abritait 12 000 pièces archéologiques… 

Reconnu comme le foyer historique de la Reine de Saba, le Yémen avec ses temples magnifiques, ses systèmes sophistiquées de gestion de l’eau et ses villes imposantes datant de plusieurs millénaires est l’un des grands centres de civilisation de l’Antiquité. Il a co-écrit "Yemen, Terre d'archéologie" avec Guillaume Chrloux Ed Geuthner 2016

Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.