Au menu du club : les joies du sexe féminin et autres considérations, un champion de mémoire et la sérendipité comme moyen de découverte.

Sexe féminin et anatomie
Sexe féminin et anatomie © Getty / ilbusca

Nina Brochmann et Ellen Støkken Dahl sont deux jeunes médecins norvégiennes et auteures des Joies d’en bas publié chez Actes Sud. Aujourd’hui traduit dans une trentaine de langues et édité à 40 000 exemplaires en France, l'ouvrage s’attèle à la question du sexe féminin et l'aborde dans toute sa complexité et sa beauté. Les deux jeunes étudiantes en médecine se sont tout d'abord basées sur toutes les questions qui leur parvenaient sur leur blog, «Underlivet». Elles exposent de façon didactique les contrevérités qui persistent et dirigent les chemins de l’intimité des femmes, en les confrontant à des réalités scientifiques. Les Joies d’en bas livre ainsi les fondamentaux anatomiques sur le sexe féminin qui ont été enterrés pendant des décennies. Les auteures dégonflent les mythes sur l’hymen, déploient le clitoris dans toute son entièreté et relaient une connaissance majeure sur le sexe féminin et ses désagréments que les femmes ne connaissent pas toujours très bien.

Sebastien Martinez est vice-champion de France de mémoire 2017. Dans La mémoire est un jeu il partage les méthodes qui lui ont permis d’acquérir une mémorisation record et profonde. L’attention, la perception, l’imagination et l’observation sont les quatre piliers sur lesquels l’athlète de la mémoire doit s’appuyer. En se racontant des histoires, en invoquant son imagination, sa « loufoquerie », ses émotions, ses sensations, les informations s’enregistrent. La mémorisation est avant tout une question d’entrainement et de régularité, une vraie gageure de sportif de la mise en liens.

Ca Alors ! L’histoire de ces découvertes que l’on n’attendait pas regroupe les découvertes majeures qui ont emergées involontairement. L’auteur, Raphaël Chevrier, docteur en physique nucléaire s’est appuyé sur le principe de sérendipité, fil rouge de l’ouvrage. Les découvertes de l’Homme de Néandertal, de la vaccination, du LSD, du Rayon X, du Viagra ont toutes pour point commun d’avoir été guidés par la sérendipité, ce processus qui consiste à faire apparaître de nouvelles relations scientifiques sans les avoir cherchés : « les découvertes « à l’aveugle » restent bien souvent la meilleure voie vers le succès »

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.