La Tête au Carré embarque à bord du navire océanographique "Pourquoi pas ?" et plonge à plus de 3500 m de fond pour étudier les organismes vivants autour des sources hydrothermales de la mission Bicose de l'Ifremer

Mission Bicose à 3600 mètres de profondeur
Mission Bicose à 3600 mètres de profondeur © Getty / copyright Ifremer/Nautile

L’océan profond, au-delà de 1000 m de profondeur, représente 79% du volume de la biosphère marine. C’est le plus grand écosystème de la planète, mais c’est un environnement difficile d’accès, l’un des moins bien connus de la planète. Pourtant, il pourrait être concerné à moyen terme par des activités humaines, étant donné l’intérêt suscité par les ressources minérales profondes. Dans ce contexte, il importe de mieux connaître ces milieux, en particulier pour les préserver.

L’Ifremer pilote la campagne en mer BICOSE2 (Biodiversité, interactions, connectivité et symbioses en milieux extrêmes) en collaboration avec l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie), le Muséum. 

L'objet des recherches ? 

L’exploration de fonds marins à plus de 3 000 mètres de profondeur avec à la clé la découverte de nouvelles espèces animales et de nouveaux milieux naturels. Et aussi, de l'enjeu écologique : la protection de ces abysses dont la richesse minérale aiguise l'appétit des industriels.  e but principal, le cœur de la mission Bicose, est de caractériser la diversité géologique et biologique ainsi que le fonctionnement des écosystèmes ultra-profonds.
 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.