Dans le Club cette semaine, le film "La Particule humaine" sur les conséquences de la manipulation du vivant, la Lauréate du prix L’Oréal-UNESCO – Pour les Femmes et la Science, et la réflexion d'un chercheur en écologie autour de l'erreur féconde en science...

Powerful supercomputer working
Powerful supercomputer working © Getty / Artur Debat

Dans le menu du Club de la Tête au Carré :  le film "La Particule humaine" du cinéaste Semih Kaplanoglu avec  le comédien Jean Marc Barr et le biologiste Pierre-Henry Gouyon, 

Quelques jours après  le rapport spécial Giec  sur les conséquence  d'un réchauffement planétaire de 1,5°,    sort sur les écrans "La particule humaine",  le dernier film de Semih Kaplanoglu .  Dans un futur proche, un brusque changement climatique conduit la vie sur Terre vers son extinction... Jean Marc Barr y joue le rôle d'un généticien spécialiste des semences, dont les  graines modifiées ne fournissent plus de récoltes ... Un film qui donne à réfléchir sur des thèmes d'actualité comme la manipulation du vivant, les OGM et le réchauffement climatique et ses conséquences. Avec  le comédien Jean Marc Barr et Pierre-Henry Gouyon, professeur au MNHN et biologiste spécialiste de l'évolution, de la génétique  de la biodiversité.

Au programme, également Sophie D’Ambrosio et Olga Chashchina deux des lauréates du prix L’Oréal-UNESCO – Pour les Femmes et la Science : elle est physicienne, post doctorante à l’Unité Mixte CNRS-Thalès. Elle fait des recherches sur les supercalculateurs, qui atteignent aujourd’hui leurs limites du fait de leur importante consommation d’énergie. Elle travaille à l’élaboration de dispositifs électroniques alternatifs en utilisant des matériaux qui ont une propriété magique , celle de ne plus chauffer à partir d'une certaine température. Ces supraconducteurs pourraient ainsi réduire la consommation énergétique par 10 000. 

Enfin, Bastien Castagneyrol, chercheur en écologie à l’INRA, nous racontera comment une question d'élève l'a amené à réfléchir sur la question de l'échec en science, quand il s'agit notamment de rejeter une hypothèse, "qu’est-ce qui fait que ça ne marche pas ?". Cette réflexion pourrait influencer la pédagogie, qui pourrait davantage valoriser l’erreur au cœur de l’apprentissage. 

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.