Le processeur de 128-qubit de l'ordinateur D-Wave
Le processeur de 128-qubit de l'ordinateur D-Wave © / D-Wave Systems, Inc

Depuis plus de trente ans, physiciens et informaticiens rêvent d’un ordinateur quantique. Ces supers ordinateurs seraient capables de maitriser un très grand nombre de données simultanément et de résoudre des problèmes trop complexes pour des ordinateurs classiques.

L’ordinateur quantique est une machine qui utilise les propriétés quantiques de la matière afin d’exécuter des calculs. Cette propriété de base lui confère alors des capacités démesurées. En effet, chez un ordinateur classique l’information ne prend que deux valeurs 0 ou 1 selon le passage d’un courant électrique.

Mais pour l’ordinateur quantique, cette information repose sur un support physique (ion, atome, photon, etc.) qui est régi par la physique quantique. Cela veut dire que l’information peut être 0, 1 ou les deux à la fois !

De plus, il est possible que deux bits quantiques (l’unité de mesure de base de l’information) soient intriqués, c’est-à-dire que leurs états physiques sont liés. Ils échangent alors des informations de façon instantanée.

Aujourd’hui, des prototypes de calculateurs quantiques voient le jour et des progrès techniques importants sont réalisés pour arriver à maîtriser l’information.

Qu’est-ce qu’un ordinateur quantique ? Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages ? Où en est la recherche dans ce domaine ?

Pour nous en parler, nous recevons Pascale Senellart-Mardon , physicienne, directrice de recherche CNRS au Laboratoire de photonique et de nanostructures (LPN - CNRS) ; Antoine Broaways , physicien, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire Charles Fabry - Institut d’optique ; Benoit Valiron , informaticien, enseignant-chercheur à l’école CentralSupélec et attaché de recherche au laboratoire de Paris-Saclay.

Nobel de physique David Wineland à Boulder, USA.
Nobel de physique David Wineland à Boulder, USA. © BARRY GUITERREZ/epa/Corbis /

A la Une de la science : un virus géant doté d’un système « immunitaire ».

L’équipe du Pr Didier Raoult vient de démontrer comment le virus géant « Mimivirus » était capable de développer un véritable système de défense contre l’infection par un virus virophage, baptisé Zamilon… Une découverte publiée dans la revue Nature il y a quelques jours.

http://www.nature.com/nature/journal/v531/n7593/full/nature17146.html

Pour expliquer ce système de défense, appelé « Mimivire », Mathieu Vidard et Catherine de Coppet reçoivent le Pr Didier Raoult , directeur de directeur de l’Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE), un laboratoire Aix-Marseille Université / CNRS / IRD/ INSERM).

Les invités

Les références

L'équipe

Nous contacter

(ré)écouter La Tête au carré Voir les autres diffusions de l'émission

La tête au carré

Bye Bye Rosetta

L'amour 2.0

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.