Les trois quarts des séparations et des divorces sont demandés par les femmes.Pour la première fois, un sociologue s’empare de ce fait de société, en analysant le récit des femmes qui ont rompu. Il découvre que la séparation n’est pas seulement une expérience de désenchantement et d’épreuves à franchir. Aussi douloureuse soit-elle, elle apparaît aussi comme une étape par laquelle la femme moderne s’affranchit. Cette émancipation revêt plusieurs formes. Certaines femmes se détachent pour survivre (mieux vaut divorcer que périr dans le couple), d’autres veulent passer à autre chose dans une logique de progression individuelle. Et puis il y a celles qui ne veulent plus porter le couple, jugeant que leur conjoint ne l’a pas assez investi.À chacune sa formule de séparation pourrait-on penser. Mais par un habile jeu de miroir, François de Singly nous présente l’expérience de la rupture comme le reflet de la vie conjugale : on se sépare comme on a vécu ensemble. Et on se sépare, aussi, pour vivre différemment, pour se trouver et s’accomplir.

avec François de Singly, sociologue spécialiste du couple et de la famille, professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes et directeur dui CERLIS (CNRS)

François de Singly
François de Singly © Radio France

« Séparée, vivre l’expérience de la rupture » ED ARMAND COLIN

Les liens

Rose magazine

Don du sang.net

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.