La Tête au Carré est en partenariat avec Le Figaro Sciences pour le Hors-série " Réchauffement, la Terre en 2050 "

Sécheresse
Sécheresse © Getty / ullstein bild / Contributeur

Une émission en partenariat avec le Figaro Sciences

Apres la mobilisation des jeunes pour le climat, les différentes pétitions en faveur du climat, les élections européennes, le Hors série du Figaro Sciences,"Réchauffement et Terre en 2050 : les effets en France et dans le monde, les scénarios des experts du Giec et les solutions pour éviter le pire…" en partenariat avec France inter, propose  de faire un état des lieux sur le réchauffement climatique en cours.

"Une partie du réchauffement à venir est inéluctable, mais nous avons aussi la possibilité de contenir celui-ci, à condition d’abord que les émissions mondiales de CO2 diminuent très rapidement pour aller vers le net zéro" précise Valérie Masson-Delmotte dans  le Hors série du Figaro Sciences, en partenariat avec France inter .  Les modèles climatiques offrent la possibilité d’anticiper la façon dont le système climatique risque d’être modifié par l’activité humaine au cours du 21 eme siècle. 

Mais ces évolutions futures des émissions de gaz à effet de serre dépendront de la démographie,  de l’évolution des structures socio-économiques,  de l'émergence et de la diffusion des nouvelles économies ainsi que des nouvelles politiques climatiques visant à réduire les gaz à effet de serre. L’Afrique va subir de plein fouet les effets liés au changement climatique alors qu’elle n’émet actuellement que 4% des gaz à effet de serre produits dans le monde. Peut-on prévoir l’évolution du climat ? Quel sera l'impact humain environnemental et économique sur les sociétés ? 

avec :

  • Cyrille Vanlerberghe,  Rédacteur en chef Sciences et Médecine du Hors-Série le Figaro Sciences « « Réchauffement, la TERRE EN 2050 » en vente à partir du 17 juin dans tous les bons kiosques et en ligne sur le site du Figaro.
  • Jean-Louis Dufresne, climatologue, directeur de recherche au Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) et directeur adjoint de l’Institut Pierre-Simon Laplace. Il est également responsable du Centre de Modélisation du Climat de l’IPSL. Ses travaux de recherche s’orientent particulièrement autour de la physique de l'atmosphère et de la modélisation du climat. Il a participé à la rédaction du chapitre 12 du 5eme rapport du GIEC «Projections et prévisibilité à court terme du changement climatique».
  • Et Bastien Alex, chercheur à l’IRIS (Institut de relations internationale et stratégique) , responsable du programme Climat, Energie et Sécurité  et Codirecteur de l’Observatoire Défense et climat.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.