Au programme du Club, des tortues marines, et deux doctorants qui postulent au concours "ma thèse en 180 secondes"

Aujourd'hui, dans le Club de la Tête au carré

-A l'Institut océanographique, Fondation Albert 1er, Prince de Monaco, un nouvel espace est dédié aux tortues marines. L'institut  se mobilise pour mieux les faire connaître, sensibiliser le public et les décideurs sur leur situation et inviter à faire évoluer notre relation à la mer. Les tortues seraient des baromètres de l’état de santé des océans : en effet, leur déclin n’est pas qu’une histoire de surexploitation. Tiraillées entre deux milieux, marin et terrestre, elles subissent la plupart des pressions que l’homme exerce sur l’océan, des côtes à la haute mer : urbanisation, surpêche et prises accidentelles, collisions, pollutions ou encore accumulation de plastique. Notre invité est Robert Calcagno, directeur général de l'Institut, il est l'auteur de l'ouvrage « TORTUES MARINES, LA GRANDE ODYSSÉE » (Glénat)
Les tortues marines, ce sont seulement sept espèces au monde, toutes plus ou moins gravement menacées. 

- Deux doctorants, candidats au concours Ma Thèse en  180 secondes. Nous recevons, comme chaque vendredi, deux des seize finalistes de MT 180 qui ont été sélectionnés pour participer à la finale nationale le 13 juin à Grenoble. Ce concours permet à des doctorants de présenter leur sujet de recherche en des termes simples à un public non scientifique. Chaque participant doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et convaincant autour de son projet de recherche. Aujourd'hui, Leah Vandeveer, Doctorante à L’université Bordeaux Montaigne, au Laboratoire Cognition, Langue, Langages, Ergonomie et Arthur Angermuller, Doctorant à l’Université de Cergy Pontoise au Laboratoire SATIE : Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie  sont nos invités. 

Prestation de Leah Vandeveer pour MT 180

prestation de Arthur Angermuller pour MT 180

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.