Comment s'adapte-t-on pour vivre à plus de 4 000 m d'altitude ?

Montagne du Pérou
Montagne du Pérou © Getty / Pintai Suchachaisri

Avec l'altitude, la pression atmosphérique baisse et l'oxygène se fait de plus en plus rare. Pour faire face à ces conditions extrêmes, les populations de haute montagne ont développé d'extraordinaires capacités d'adaptations au cours du temps. Mais une pathologie spécifique survient chez certains habitants : le mal chronique des montagnes qui se manifeste par des maux de tête et troubles de la circulation.

  • Samuel Vergès, physiologiste à l'Inserm et à l'Université de Grenoble, étudie l'hypoxie d'altitude chez les habitants de la Rinconada, ville du Pérou perchée à 5300 m d'altitude.

Pour la faune et la flore, l'altitude est aussi un milieu rude mais certaines espèces ont développé des stratégies pour y survivre toute l'année. Comme la saxifrage à feuilles opposées qui pousse en coussinets pour mieux résister au froid, ou le lagopède alpin qui s'enveloppe de plumes jusqu'aux pattes.

  • On en parle avec le naturaliste Christian Couloumy, président de l'association "Envergures alpines" et auteur du livre Rapaces, entre ciel et terre aux Editions Glénat.
Les invités
  • Samuel VergèsDocteur en physiologie et chercheur Inserm au sein du laboratoire Hypoxie et physiopathologie cardiovasculaire et respiratoire (HP2) à l'université de Grenoble-Alpes
  • Christian CouloumyChef de secteur au Parc national des Ecrins
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.