Aujourd'hui nous recevons le neurobiologiste, Bassem Hassan spécialiste du développement du cerveau

Schématisation d'un réseau neuronal dans le cerveau
Schématisation d'un réseau neuronal dans le cerveau © Getty / ALFRED PASIEKA/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Aujourd’hui, nous savons très bien que les comportements sont dirigés par le cerveau. C’est la centrale de communication et de coordination du corps. Notre cerveau nous permet soit de répondre à des stimuli, soit d’agir dans un but précis.

On peut donc distinguer les comportements que l’on apprend dans notre vie et ceux qui sont innés. Dans le premier cas, il y a une plasticité neuronale qui va modifier l’activité des synapses et donc modifier notre manière de réagir face à une situation. Dans le second, il s’agit de réponses comportementales inconscientes.

À la base de ces décisions, on retrouve les neurones et les réseaux neuronaux.

La génération des neurones résulte d’un programme développemental complexe. Des molécules de signalisation contrôlent l’activation et l’inactivation de certains gènes et enclenchent le processus d’induction neurale dans l’embryon, qui va se traduire ensuite par une phase de prolifération au cours de laquelle sont générés les neurones.

Au fur et à mesure, des réseaux neuronaux vont se former et tout cela est régi plus ou moins par notre ADN, mais aussi par une part de hasard.

Car pour le neurobiologiste Bassem Hassan, chercheur à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, chef de l’équipe « Développement du cerveau » et directeur de recherche à l’INSERM, le hasard joue un rôle primordial dans la construction de notre cerveau.

Il s’intéresse tout particulièrement sur la relation entre les réseaux neuronaux et les comportements, notamment chez la drosophile, aussi appelée « mouche du vinaigre ».

En savoir plus

Le professeur Hassan explique ses recherches :

Les invités

Programmation musicale

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.