Ce n'est plus de la science fiction, les robots sont partout dans notre vie quotidienne jusqu'à transformer nos corps. C'est une réelle révolution dans la conception du corps humain. L'être humain est son propre designer et se déclare en mesure de le transformer.

Le nouveau robot humanoïde "Alter, développé par Hiroshi Ishiguro, professeur à l'Université d'Osaka, et Takashi Ikegami professeur à l'Université de Tokyo (2016, Japon).
Le nouveau robot humanoïde "Alter, développé par Hiroshi Ishiguro, professeur à l'Université d'Osaka, et Takashi Ikegami professeur à l'Université de Tokyo (2016, Japon). © Getty / YOSHIKAZU TSUNO / Gamma-Rapho

Derrière le robot, c’est la mutation opérée par les technologies sur nos représentations nos croyances et nos idéaux qui s’affiche sans arrière-pensées. Le robot est présenté comme une invitation à élargir le concept d’humanité  au-delà des seuls hommes et femmes jusqu’à présent en mesure d’y prétendre . Mais comment et pourquoi le robot a-t-il pu entrer si facilement dans nos quotidiens?

Le robot incarne l’idéal de non-fragilité que nos sociétés aimeraient tant revendiquer. On veut de l’efficacité, une économie d’effort et d’attention…bref , on veut se débarrasser des questions métaphysiques relatives à l’homme . On rêve de « systèmes-experts ».

Selon la thèse développée par le philosophe Jean Michel Besnier, l’intérêt pour le robot dans nos sociétés humaines s’étaye sur le constat que l’humanité est fatiguée d’elle-même. Jean Michel Besnier , dont les recherches actuelles concernent essentiellement l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs, tire la sonnette d'alarme car le robot nous éloigne de la culture et signe la mort du symbolique traditionnellement attaché à l’humanité.

Pourquoi l'homme est il si fasciné par ce "technocorps". Brigitte Meunier  travaille sur la place et la fonction du mythe dans la littérature et la culture. Dans le mythe antique du Golem, l'homme est le créateur d'un humanoïde surpuissant ; puis le jugeant mortifère à l'humanité,il veut le détruire.

De Frankenstein à Blade Runner jusqu'à Oscar Pastorius, le mythe du Golem est présent dans toutes les cultures jusqu’à aujourd'hui avec le cyborg. Le cyborg est un être hybridant humanité et technologie. Il est pleinement sujet, il est à la fois créateur et création , homme et machine.

  • avec Brigitte Munier, sociologue, maître de conférences en sciences sociale à Télécom-Paristech
  • et Jean Michel Besnier, professeur de philosophie à l’Université Paris-Sorbonne, directeur de l’équipe de recherches « Rationalités contemporaines »

Références :

Pour aller plus loin

Un homme presque parfait, le documentaire de Cécile Denjean nous plonge progressivement dans le trash électronique du futur, ou comment améliorer les performances du corps humain par le biais des machines (première partie) :

"Un monde sans humains ?" est un documentaire réalisé par Philippe Borel qui s'interroge sur les conséquences de l'avancée technologique. Augmenté, mécanisé, l'Homme sera-t-il toujours Homme?

NeoHumanitas, un think tank qui encourage la réflexion et la discussion sur les conséquences socio-éthiques de l'utilisation des technologies émergentes et futures sur l'être humain.

À la sortie du studio

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.