Si l’étude du cosmos fascine depuis des millénaires, la science moderne a révolutionné notre compréhension de l’Univers. Comment s’est construit le modèle du Big Bang ? Quelles sont les limites de la cosmologie ?

Pourquoi le cosmos, et son infini vertigineux, nous fascine tant ?
Pourquoi le cosmos, et son infini vertigineux, nous fascine tant ? © Getty / Suchart Kuathan

Pendant longtemps, l’astronomie s’est développé avec peu d’instruments de mesures et c’est au gré des progrès de la physique, des techniques et de la pensée que nos connaissances sur l’univers ont évolué. Le modèle du Big Bang, qui s’est construit depuis une centaine d’années, renvoie à l’Histoire de l’Univers et à sa structuration il y a environ 13,7 milliards d’années à partir d’un état chaud et dense. De la théorie de la relativité générale d’Einstein à la loi de Hubble, à chaque fois, chaque étape a modifié l’édifice théorique et expliqué de nouveaux phénomènes en tissant de nouveaux liens avec l’observation. Mais comme tout modèle physique, ces théories reposent sur des hypothèses et ont des limites. 

Notre invité Jean-Philippe Uzan, astrophysicien et directeur de recherche au CNRS, nous retrace aujourd’hui la construction du modèle du big bang et nous invite à mieux comprendre l’élaboration du savoir scientifique. Il est l’auteur de Big-bang, comprendre l’univers depuis ici et maintenant aux Editions Flammarion.

Agenda 

Exposition Smith / Résidence 1+2 à Toulouse

SMITH travaille depuis 2017 sur le projet «Désidération» en collaboration avec l’astrophysicien Jean-Philippe Uzan : le duo explore les liens qui unissent l’humanité à son origine stellaire. Comment peut-on définir, observer, et nous réapproprier la dimension cosmique de notre généalogie ? Pour explorer cette question, SMITH a réalisé «Astroblème», opéra photographique co-écrit avec l’écrivain Lucien Raphmaj, dans le cadre de la Résidence 1+2. 

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.