Un grand reportage de Lucie SarfatyLes techniques actuelles permettent le dépistage de cancers de façon de plus en plus précoce. Actuellement on sait détecter plus tôt le cancer du sein, de l’utérus, du colon, de la peau…. Avec un argument simple : plus le diagnostic est précoce, meilleur est le pronostic. Mais aujourd’hui des voix s’élèvent contre une tendance au sur diagnostic avec le risque de prendre pour un cancer ce qui n'en est pas un. Comment évaluer l’intérêt d’un dépistage? Quels peuvent être les inconvénients, voire les risques liés à cette pratique? Cette enquête s’articulera en particulier autour du dépistage de 3 cancers : celui du sein, de la prostate, et du col de l’utérus.

Avec:

Jérôme Viguier , Responsable du département dépistage à l'Institut National du Cancer

Nicole Pelicier, psychiatre à l'Hôpital européen Georges Pompidou à Paris

Catherine Colin, radiologue - Hospices civils de Lyon, université Lyon-I

Bertrand Guillonneau ,__ chef de service d'urologie au Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon

Frédérique Block , Médecin directeur du centre municipal de santé Maï Politzer à Arcueil

Les liens

Site de l'institut national du cancer

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter

(ré)écouter La Tête au carré Voir les autres diffusions de l'émission

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.