Pour faire progresser la parité il faut s’intéresser en profondeur sur les raisons des blocages.

La parité, ses verrous psychologiques et les stéréotypes de genre
La parité, ses verrous psychologiques et les stéréotypes de genre © Getty / Gary Waters

La parité en politique, dans l’entreprise ou à l’université se heurte à des obstacles qui sont de plus en plus d’ordre psychologique. Trop de jeunes filles hésitent à se lancer dans des études scientifiques parce qu’elles s’estiment moins « douées » que les garçons. Au travail, elles rechignent à négocier, s’estimant moins « battantes ».

Pourquoi ? Parce que l’image qu’elles ont d’elles-mêmes a été nourrie de ces représentations diffusées par leur famille, le corps enseignant et la société tout entière. Ainsi par exemple, les filles désertent les filières scientifiques alors qu’elles ont plutôt de meilleurs résultats à l’école que les garçons...

En matière de choix d’études comme au travail, la discrimination est loin d’être la seule explication.Des mécanismes plus inconscients, comme l’intériorisation des stéréotypes de genre dès le plus jeune âge, sont également en cause dans la persistance de ces inégalités.

En partenariat avec Cerveau et Psycho

Avec :

  • Thomas Breda, chercheur en économie au CNRS et à l’Ecole d’économie de Paris, spécialisé dans le domaine du travail, notamment en ce qui concerne les discriminations et les inégalités.
  • Catherine Monnot (au telephone), anthropologue spécialisée sur les questions de genre et d’éducation.
  • Sébastien Bolher, rédacteur en chef de Cerveau et Psycho
Programmation musicale
  • SINKANE
    SINKANE

    U HUH

    2016

  • Janis JOPLIN
    Janis JOPLIN

    Me and Bobby McGee

    Label : CBS1971

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.